Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

OpEneR, un projet de recherche pour accroître l’autonomie des véhicules électriques

Ces 17 et 18 juillet, les acteurs du projet européen de recherche OpEneR présentent les résultats de leurs travaux. Objectif : améliorer l’efficacité des véhicules électriques en augmentant leur autonomie ainsi que leur sécurité. Lancé il y a plus de trois ans, ce projet espère ainsi contribuer à faciliter le passage au véhicule électrique ou hybride.
OpEneR, un projet de recherche pour accroître l’autonomie des véhicules électriques

Ce projet cofinancé par la Commission Européenne cherche à optimiser l'autonomie des véhicules électriques et hybrides. Pour ce faire, des ingénieurs et des chercheurs ont travaillé à perfectionner le groupe motopropulseur électrique, le système de récupération d'énergie au freinage, le système de navigation et les capteurs environnementaux, ainsi que les fonctions qui interconnectent ces différents éléments. Lancé en mai 2011, le projet est le fruit d'une coopération entre le fabricant autrichien de groupes motopropulseurs AVL List GmbH, l'Institut de recherche sur les technologies automobiles de Galice (CTAG) en Espagne, le Centre de recherche en informatique (FZI) de Karlsruhe en Allemagne, PSA Peugeot Citroën, ainsi que les équipementiers allemands Robert Bosch GmbH et Robert Bosch Car Multimedia GmbH.


Améliorer l'efficacité et la sécurité des véhicules


Ces différents acteurs ont d'abord développé un système d'« écoroutage ». Cette assistance à la conduite permet le calcul d'un itinéraire idéal spécifique au véhicule électrique grâce à des capteurs. Pour cela, il intègre l'environnement dans lequel le véhicule évolue et les contraintes qui influent sur son autonomie. Ainsi, le système de navigation prend en compte montées, descentes, zones à vitesses limitées ou encore feux de signalisation.

De quoi préciser alors au conducteur la conduite à adopter. Parallèlement, les partenaires ont également collaboré pour définir l'interaction idéale entre le système de récupération d'énergie au freinage et le groupe motopropulseur électrique. Ce dernier est composé de deux moteurs électriques, un par essieu, chargés à la fois de la propulsion et de la récupération d'énergie.Les deux voitures d'essai Peugeot 3008 e-4WD ont ainsi été équipées du Bosch iBooster, un dispositif électromécanique d'assistance au freinage, et du système de stabilisation de freinage ESP® spécialement adapté aux véhicules électriques. En répartissant la force de freinage entre l'avant et l'arrière, les chercheurs sont non seulement parvenus à optimiser le taux de récupération mais aussi à améliorer la stabilité du véhicule.


De 27 à 36% d'économie d'énergie


Les tests ont permis de constater de réelles économies d'énergie. Les membres du projet ont constaté une réduction « de 27 à 36% de la consommation d'énergie, pour un temps rallongé de 8 à 21%, suivant la disposition du conducteur à suivre les recommandations. ». 5% points de pourcentage d'économie d'énergie sont à mettre à l'actif de la répartition de couple entre les moteurs électriques avant et arrière. Une économie non négligeable pour un véhicule électrique dont l'autonomie est perçue comme un frein à son acquisition. En attendant la suite de ce programme, il est d'ores et déjà possible d'appliquer les règles de l'éco-conduite ! (lire actualité précédente).


Illustration : © PSA
Permalien :