Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

La perception des Français de la mobilité électrique fait débat !

Le 28 octobre dernier, l'Avere-France a organisé son 4ème petit-déjeuner de l'année, en partenariat avec Ipsos et Mobivia Groupe, sur le thème « les Français, la mobilité et les véhicules électriques ». Retour sur une matinée de débats animés !
La perception des Français de la mobilité électrique fait débat !

Une vingtaine de personnes ont répondu présent à l'invitation de l'Avere-France, pour ce petit-déjeuner qui se tenait dans l'auditorium de la Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE), dans le 16ème arrondissement de Paris. La salle s'est montrée très réceptive aux nombreux informations révélées par l'enquête. Ce petit-déjeuner a été l'occasion de débats passionnants sur l'avenir de la mobilité électrique. En jeu, les points de réticence sur lesquels il reste à convaincre les Français.


La mobilité des Français


Les résultats de l'enquête ont été présentés par Vincent Dusseaux, directeur d'études Affaires Publiques chez Ipsos. L'enquête avait déjà été réalisée en 2012, l'idée a donc été de reprendre la même méthodologie afin de comparer les résultats : les questions ont été posées par Internet à un échantillon représentatif de l'ensemble des Français âgés de 15 ans et plus. Les premiers résultats présentés concernaient la mobilité des Français de manière générale. L'enquête révèle ainsi que que plus d'une personne sur deux utilise sa voiture tous les jours. « L'utilisation du véhicule est véritablement ancrée, et est incontournable pour les Français dans les transports au quotidien », affirme Vincent Dussaux.


La distance moyenne parcourue par les Français est relativement faible : 31 kilomètres en moyenne. A noter que la moyenne est un peu plus élevée chez les actifs (41km) et chez les ruraux (38km). Enfin, l'enquête indique que 17% du budget des ménages est consacré aux transports, et qu'il est donc pertinent de mettre en avant le coût à l'utilisation faible du véhicule électrique.



L'image du véhicule électrique


D'après l'enquête, la voiture électrique a globalement une image positive dans l'opinion publique française. Ses principaux atouts sont à leurs yeux les aspects écologiques, économiques et le confort. Reste que seulement 41% des sondés considèrent que la voiture électrique répond à leurs besoins. D'après Ipsos, la principale explication se situerait dans le manque d'information. En effet, 70% des sondés considèrent ne pas être bien informés sur l'autonomie d'un véhicule électrique.


Le besoin de précisions est même accru sur les sujets de l'offre disponible et les aides de l'État. Sur la question des freins à l'achat de véhicules électriques, l'enquête revèle que les Français butent sur l'autonomie, le manque d'infrastructures de recharge, et le prix à l'achat. Pas étonnant que parmi les principaux éléments cités qui pourraient les inciter à acheter une voiture électrique, on retrouve la possibilité de recharger une voiture facilement et à proximité, le coût d'achat plus abordable et une autonomie supérieure à 250 kilomètres.


Retrouvez les résultats complets de l'étude dans l'espace adhérent (accès réservé)



Des débats autour de la méthodologie et de la pédagogie


La présentation des résultats de l'enquête a soulevé de nombreuses questions. Beaucoup ont interrogé la méthodologie de l'enquête, et la salle s'est globalement accordée sur le fait qu'il y aurait des enseignements à tirer d'une segmentation plus approfondie de l'échantillon. La conversation s'est aussi beaucoup centrée sur les enjeux de communication et de marketing. Une problématique centrale car il y a aujourd'hui des peurs infondées et, comme le révèle l'enquête, un réel manque d'information.


Certains affirment ainsi qu'il faut centrer la communication sur la possibilité de se recharger et sur l'autonomie déjà suffisante pour la majorité des besoins. Pour Antoine Bourbonneux de BMW, «il faut faire de la pédagogie et envoyer des signes positifs, car il y a un vrai problème de confiance dans la technologie». La pédagogie et la confiance autour du produit et de la recharge sont les clés du succès. Pour Claude-Jean Coudert de PSA Peugeot-Citroën, «il faut donner envie, mettre en avant les avantages et susciter un désir nouveau».


Marie Castelli conclut ces échanges en rappelant qu'au regard de l'enquête, il sera essentiel de convaincre l'ensemble des Français, et pas seulement les acheteurs potentiels, pour qu'il y ait un engouement véritable.



Illustration : © Avere-France
Permalien :