Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

À Paris, les taxis et VTC s'apprêtent à se lancer dans l'expérience électrique

Grâce à l'impulsion des pouvoirs publics et à une offre de véhicules aux besoins d'autonomie suffisants, les compagnies de taxis parisiennes s'apprêtent à équiper leurs flottes en véhicules électriques.
À Paris, les taxis et VTC s'apprêtent à se lancer dans l'expérience électrique

Agréable à conduire et silencieuse pour les passagers, la voiture électrique a de nombreux atouts en main pour les chauffeurs de taxis. Une voiture surtout retient leur attention : la Tesla Model S. En effet, avec 400 km disponibles en moyenne sur une charge et un réseau de bornes de recharge super-puissantes en cours de constitution, Tesla rassure les compagnies de taxi sur la question de l'autonomie. Depuis le mois dernier, la voiture est d'ores et déjà utilisée par des sociétés de taxi de l'aéroport de Schiphol, aux Pays-Bas (lire actualité précédente). L'E-NV200 de Nissan équipera quant à lui les parcs des villes de Londres et de Barcelone.


Un effet Tesla ?

«On peut faire une journée complète (...) quelles que soient les destinations demandées par le client», affirme Serge Metz, PDG du géant du secteur, la G7, qui fédère 7 600 taxis. «C'est extrêmement séduisant, les clients sont ravis», renchérit Yann Ricordel, PDG des Taxis bleus. La LEAF de Nissan pourrait également intégrer les flottes à terme.Ainsi, les Taxis bleus, qui veulent «donner un grand coup d'accélérateur sur les véhicules électriques», ont pour objectif l'acquisition de 1 000 taxis électriques d'ici 2017. Chez G7, c'est un objectif de 10% du parc en véhicules « zéro émission » à moyen terme.


Même satisfecit de Karim Ferchiou, PDG de la société Voitures noires qui loue des VTC à Paris, et dit vouloir «acquérir au moins entre 30 et 50» voitures Tesla en 2015. Un choix qui s'explique par un amortissement du coût de l'investissement initial sur les années à venir. «Il ne faut pas se dire qu'on achète une voiture à 90 000 euros, il faut se dire qu'on achète une voiture à 60 000 euros avec cinq ans d'essence gratuite», précise M. Ferchiou.Reste que sur la décision d'achat, des incitations existent déjà (lire actualité précédente). La capitale double le montant du bonus écologique dans une limite de 20% du prix hors options, soit 6 300 € pour une voiture électrique et 4 000 € supplémentaires pour un hybride rechargeable.


Illustration : © Tesla


Source : © AFP

Permalien :