Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

Le conseil de l'UE adopte la directive AFI sur le déploiement d'infrastructures de recharge

Le Conseil de l’Union Européenne a adopté hier la directive AFI (Alternative Fuels Infrastructures). Elle sera publiée dans les prochains jours au Journal Officiel. La directive entérine le déploiement dans chaque Etat membre d’infrastructures pour les carburants de substitution (électricité, hydrogène ou gaz naturel), et donc de bornes de recharge.
Le conseil de l'UE adopte la directive AFI sur le déploiement d'infrastructures de recharge

Le Conseil de l'UE a validé ici les orientations stratégiques déjà retenues un peu plus tôt cette année par le Parlement Européen (lire actualité précédente). Chaque Etat disposera d'une liberté pour établir son propre « cadre d'action national », à l'intérieur duquel il définira ses propres objectifs et sa stratégie de déploiement de points de ravitaillement pour les différents types de carburants propres. La commission veillera, quant à elle, à la coordination et à la cohérence entre les différentes mesures des Etats membres.

La France a d'ores et déjà commencé à prendre en compte la mise en place d'infrastructures de recharge dans le projet de loi sur la transition énergétique (lire actualité précédente), qui sera débattu dès demain en séance à l'Assemblée Nationale.

La directive indique que « pour la fin de 2020, les États membres devraient installer un nombre suffisant de points de recharge et de ravitaillement afin que les voitures électriques et les voitures à moteur propulsées au gaz naturel comprimé (GNC) puissent circuler au moins dans les villes et les zones suburbaines ».

Autre point crucial de la directive, la prise T2 devient la norme pour la recharge normale et accélérée, et la prise Combo 2 pour la recharge rapide. Comme prévu initialement, toutes les nouvelles bornes installées devront se conformer aux standards choisis, et les autres chargeurs comme CHAdeMO déjà déployés en Europe n'auront pas à être remplacés pendant une durée indéterminée.


Réduire la dépendance de l'Europe vis-à-vis du pétrole


Cette mesure vise à inciter à la fois les consommateurs, mais aussi les constructeurs, à investir dans les véhicules propres. L'Union Européenne entend ainsi avancer vers une Europe plus décarbonée et plus respectueuse de l'environnement.

Selon des estimations de la Commission, le développement progressif des carburants de substitution devrait permettre de réduire la facture pétrole de l'UE de 2,3 milliards d'euros par an à l'horizon 2030. Cette directive devrait également être génératrice d'emploi et de croissance pour l'UE.

« L'adoption formelle de la directive marque une étape décisive en vue de rendre l'économie européenne plus économe en ressources, moins dépendante du pétrole et plus attentive à la qualité de vie des citoyens », a ainsi déclaré Maurizio Lupi, ministre italien des Infrastructures et des Transports.


Illustration : © Droits réservés

Permalien :