Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Paris - L'électrique au coeur de la feuille de route de Christophe Najdovski

La Mairie de Paris a publié en ligne les feuilles de route fixées par Anne Hidalgo à ses adjoints. L’Avere-France s’est penchée sur celle fixée à Christophe Najdovski, Adjoint à la Maire, chargé des Transports, de la voirie, des déplacements et de l’espace public. L’occasion pour la Maire de la capitale de renouveler ses vœux pour un plan anti-pollution et de s’engager davantage en faveur de la mobilité électrique.
Paris - L'électrique au coeur de la feuille de route de Christophe Najdovski

Cette feuille de route accessible sur le site de la mairie de Paris depuis ce vendredi 23 mai revient dans un premier temps sur les grandes lignes du Plan anti-pollution dévoilé lundi dernier (lire actualité précédente). Elle détaille par ailleurs de nouvelles mesures qui témoignent de l'importance du véhicule électrique dans la politique de transport de la ville.


Rappel du plan anti-pollution


En cas de pic de pollution, Anne Hidalgo rappelle sa volonté de rendre les différents modes de transport gratuits dont Autolib', une fois le seuil d'information atteint un deuxième jour d'affilée.

Autre cheval de bataille de la Maire : les bus de la RATP. Après avoir évoqué dans son plan une échéance à long terme, elle milite désormais pour que « le remplacement de la flotte de bus RATP par des motorisations électriques [et GNV] soit amorcé dès 2014 ». Reste encore à voir si cet appel trouvera son écho chez les opérateurs compétents, le STIF et la RATP, dont le calendrier semble plutôt tabler sur l'horizon 2017 (lire actualité précédente).

Pour l'heure, la RATP a passé un contrat avec le constructeur Heuliez Bus estimé à 30 milliards d'euros pour la commande de 250 bus hybrides. Les livraisons devraient commencer en 2015 sur une période de quatre ans, selon les Echos.

Les utilitaires électriques ne sont pas non plus oubliés. La Maire rappelle l'engagement de la Ville dans la Charte pour une logistique urbaine durable d'assurer 50% des livraisons du dernier kilomètre en véhicule non diesel en 2017, puis à 100% en 2020. Elle prévoit en outre d'ouvrir une voie spécifique partagée avec les bus et taxis sur les axes extérieurs d'entrée à Paris (A1) en concertation avec la Préfecture de Police. Le dispositif pourrait être étendu au périphérique.


Le « Vélib' électrique » arrive


Anne Hidalgo veut également développer la mobilité à vélo espérant ainsi que 15% de déplacements se fassent à bicyclette. Afin d'encourager ce mode de déplacement, l'aménagement de nouvelles pistes cyclables et la création de parkings sécurisés aux abords des gares seront mis à l'étude.

Côté vélos à assistance électrique spécifiquement, elle compte s'appuyer sur le dispositif d'aide mis en place par la ville pour l'acquisition d'un deux-roues électrique. Rappelons en effet que la ville propose depuis 2010 de subventionner l'acquisition de tout deux-roues (vélo à assistance électrique et scooter électrique) à hauteur de 33% (dans la limite de 400 €) par les Parisiens (lire actualité précédente).

Elle mise également sur l'expérimentation du « Vélib' électrique » qui pourrait ainsi envahir les rues de la capitale « dans les prochains mois ».


Déploiement de 200 nouveaux points de charge


Anne Hidalgo fixe également pour consigne à Christophe Najdovski de « favoriser l'usage de la voiture électrique ». Elle précise que « 200 points de charge accélérée seront disponibles d'ici la fin 2015 ». Un prototype de borne de charge accélérée devrait déjà voir le jour avant la fin de l'année. Rappelons que la Mairie s'était engagée à installer 15 bornes de charge rapide autour de Paris et des prises sur les aires de livraison.

Elle évoque également la possibilité de doter les taxis d'infrastructures de charge accélérée ou rapide. Ceux-ci bénéficient d'ailleurs toujours de subventions de la Mairie de Paris, pouvant aller de 4 000 (pour un véhicule hybride) à 7 000 € (pour un véhicule électrique), plafonnée à hauteur de 20% du prix du véhicule (lire actualité précédente).

Anne Hidalgo se conforme ainsi à ses objectifs de campagne en attribuant au véhicule électrique une place prépondérante dans sa politique de mobilité pour Paris.


Illustration : © BMWi France

Permalien :