Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

Enjeux

Encore naissante dans les pays développés, la mobilité électrique fait aujourd'hui face à un certain nombre de défis. Ce sont ces défis qui aujourd'hui constituent les principaux freins à l'acquisition de véhicules électriques. Les relever nous permettra de réunir les conditions d'une transition réussie vers une mobilité plus durable.
Enjeux

Disponibilité et interopérabilité des infrastructures de recharge


La recharge induit deux questions majeures, à commencer par le nombre d'infrastructures de recharge disponibles. Le sujet a été identifié comme fondamental par les acteurs de la filière et le Gouvernement qui l'a mis au cœur d'un des 34 plans pour la Nouvelle France Industrielle. L'objet du plan « Bornes électriques de recharge » piloté par le Préfet Francis Vuibert est ainsi de pouvoir garantir une infrastructure disponible de manière équilibrée sur tout le territoire à raison d'une borne tous les 60 kilomètres.

La compatibilité de la borne avec tous les véhicules fait également partie des priorités identifiées. A ce titre, la directive européenne AFI du 28 octobre 2014 sur les carburants alternatifs du 2014 identifie deux standards majeurs : la prise type 2 pour la recharge normale et la Combo 2 pour la rapide. Ces derniers équiperont toutes les bornes déployées à partir de 2017. Pour l'heure, un nombre croissant de points de charge sont dotés de toutes les prises disponibles afin que chaque véhicule électrique puisse récupérer de l'énergie.


Le stockage de l'énergie et la gestion du réseau


Autre sujet d'importance posé par la recharge : le problème énergétique de fourniture et de gestion de réseau. Si chaque véhicule, de 15 kWh en moyenne, est chargé de nuit pendant 10 h, cela représente moins de 1% de la production d'électricité de la France.

Par contre si tous ces véhicules se branchent en même temps, ils prennent une puissance unitaire de 3kW ce qui représente 6GW, c'est-à-dire trois centrales nucléaires supplémentaires. Il y a donc pour les producteurs d'électricité un réel enjeu de fourniture au client, sans parler de la gestion de la puissance du réseau lors des pics de demande. Reste que l'hypothèse est fantaisiste compte tenu des habitudes de recharge des utilisateurs de véhicules électriques et de l'intelligence des bornes.

D'autant que le véhicule électrique est aussi une opportunité pour les énergies renouvelables. Ces 2 millions de véhicules électriques représentent un potentiel de 30 GWh de réserves d'énergie, pouvant permettre de lisser la demande : si les consommateurs et les fournisseurs se mettent d'accord, le fournisseur pourra solliciter de manière instantanée cette réserve pendant les pics de consommations, et la restituer dans les creux.

Permalien :