Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

La Nissan LEAF fait démentir les idées reçues sur les besoins d'autonomie

Nissan révèle que les conducteurs de la LEAF parcourent en Europe davantage de kilomètres que les véhicules essence ou diesel. C'est le signe que la voiture électrique convient non seulement aux besoins de mobilité des Européens, mais qu'elle est aussi plus fréquemment utilisée pour se déplacer qu'un véhicule thermique.
La Nissan LEAF fait démentir les idées reçues sur les besoins d'autonomie

Une étude réalisée par Nissan révèle que les conducteurs européens de LEAF parcourent 40% de plus que la distance moyenne parcourue par un véhicule thermique, essence comme diesel, en Europe. Ils roulent en effet 16 588 km par an (soit 319 km par semaine) contre 11 539 km pour un automobiliste doté d'un véhicule thermique.

Ces données ont été récupérées via le système de télémétrie embarquée CarWings et comparées avec les statistiques annuelles diffusées au sein de chaque pays (données 2013).

Ce sont les LEAF espagnoles qui réalisent la plus grande distance parcourue par semaine (367 km) devant la Suède et le Royaume-Uni. La France est 6ème avec 303 km hebdomadaires.


La voiture électrique, celle du quotidien


L'étude porte un message significatif sur la place qu'occupe la voiture dans un foyer. Elle rappelle que les besoins d'autonomie des Européens sont largement fantasmés au regard de la distance qu'ils parcourent chaque jour (31 km en Europe). Plus encore, elle fait démentir l'idée reçue que la voiture électrique ne se destine qu'aux petits trajets.

Pour Jean-Pierre Diernaz, Director of Electric Vehicles, Nissan Europe, les conclusions sont claires. "Alors qu'ils nous disent souvent qu'ils achètent la Nissan LEAF comme seconde voiture, nos clients finissent par s'en servir bien plus que leur autre véhicule. Les remontées d'information de CarWings confortent ce message", analyse-t-il.

Pour lui, le véhicule électrique, c'est avant tout celui du quotidien. Les coûts de carburant et d'entretien sont en effet très avantageux, l'agrément de conduite très apprécié, ce qui rend "le retour à un véhicule essence ou diesel difficile", ajoute-t-il.

Aujourd'hui, on compte plus de 31 000 LEAF en Europe et 150 000 dans le monde.


Illustration : Nissan

Permalien :