Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Scooter électrique - un marché encore à conquérir

1 158 scooters électriques ont été immatriculés en 2014. Si, à l'image du BMW C Evolution, le marché a été stimulé par la sortie de nouveaux modèles, les volumes de ventes ne sont pas proportionnelles au potentiel de ce moyen de déplacement.
 Scooter électrique - un marché encore à conquérir

En 2014, le marché du scooter électrique a dépassé le seuil du millier de deux-roues immatriculés. 1 158 scooters ont en effet été enregistrés. Le volume de ventes reste donc marginal une année de plus, mais représente tout de même 2,6% des 43 986 immatriculations de scooters de plus de 50 cm3 (source : moto-station.com).

Contrairement au marché de la voiture électrique dominé par la Renault ZOE, il est difficile de dégager un leader. Le scooter électrique le plus prisé en 2014 est le BMW C Evolution (227), sorti au cours du printemps de l'année dernière. BMW s'est en effet positionné avec une offre premium qui a su convaincre des utilisateurs grâce à de hautes performances, 100 km d'autonomie, une vitesse de pointe de 120 km/h. Reste la question du prix aux alentours des 15 000 € qui n'est pas à la portée de tous.

Le reste du marché est éclaté entre de nombreux produits dont certains directement importés de Chine. 70 scooters électriques différents ont ainsi été recensés. Arrivent derrière le C Evolution le Ride de Norauto (165), le Matra e-Mo (108), le trois-roues Ligier Pro Electrique (99) et le Ebladet ES16 (88).


Des freins à lever pour faire décoller le marché


A l'heure où de nombreuses collectivités plaident pour une baisse des émissions de particules en ville et une moindre emprise sur l'espace public, le scooter électrique attire l'attention. En témoigne la proposition d'Anne Hidalgo de créer le service Scootlib' de deux-roues en libre-service (lire actualité précédente). Il reste néanmoins des freins évidents au développement du marché.

Des contraintes technologiques d'abord. Les capacités des batteries des scooters électriques ne permettent que de se déplacer sur de courtes distances de moins de 50 km en moyenne. "Cela fait pourtant 10 ou 20 ans qu'on le dit, mais malheureusement, les capacités des batteries à délivrer une énergie suffisante avec une autonomie suffisantes restent encore une vraie contrainte", atteste Eric de Seynes, Directeur des opérateurs de Yamaha Europe. Le scooter reste alors cantonné aux centres urbains alors que la recharge est plus aisée en milieu périurbain, plus pavillonnaire.

Le deuxième enjeu est celui du prix. L'achat d'un scooter électrique nécessite un budget qui va de 1 500 à 15 000 €, bien plus que pour un scooter thermique. D'autant que l'investissement ne s'accorde pas avec le montant des aides proposées par les collectivités. A Paris, la ville offre un montant de 400 €, équivalent à celui d'un vélo à assistance électrique.

Pourtant sur le long terme, l'utilisateur d'un scooter électrique est gagnant : la recharge est moins chère qu'un plein, tout comme la prime d'assurance et les frais d'entretien. Le marché du scooter électrique a donc besoin d'un coup de pouce à l'achat pour trouver son public.



Illustration : Droits réservés
Source : AAA Data

Permalien :