Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Plan antipollution de Paris : ce qui est adopté, ce qui reste à venir

Le Conseil de Paris a voté ce lundi 9 février le plan antipollution sur les transports prévu par Anne Hidalgo et Christophe Najdovski. L'occasion de faire le point sur les mesures en faveur du véhicule électrique qui ont été adoptées, celles qui restent en suspens et les incitations déjà disponibles aujourd'hui.
Plan antipollution de Paris : ce qui est adopté, ce qui reste à venir

Ce qui a été voté :

  • une aide financière à la mobilité pour les personnes physiques domiciliées à Paris et propriétaires d'un véhicule particulier de classe 1* ou 2* et qui souhaitent y renoncer : aide de 400 € sur un abonnement Navigo ou remboursement d'un vélo/vélo à assistance électrique dans une limite de 400 € hors subvention dédiée.
  • une aide à l'installation d'abris vélos sécurisés dans les copropriétés de 50% des travaux dans une limite de 2 000 €. L'enveloppe permettra de financer environ 750 copropriétés dès le 1er juillet 2015.
  • une aide financière de 50% du montant des travaux d'installation/équipement de points de recharge dans les copropriétés dans une limite de 500 € par point de charge. Une copropriété est éligible à quatre points de charge maximum. 250 dossiers pourront bénéficier du dispositif.
  • une réduction de 50% sur l'abonnement annuel Autolib' et un crédit de 50 € de trajets prépayés pour les jeunes conducteurs de moins de 25 ans qui viennent d'obtenir leur permis.


Ce qui est prévu :


  • une aide financière pour les professionnels au remplacement d'un véhicule thermique par un véhicule propre (électrique inclus) de 15% du prix d'achat HT (hors options) d'un montant maximal de 9 000 € modulé selon le type de véhicules (VUL/poids-lourd). La subvention concernera les TPE, notamment artisans et commerçants et sera étendue aux professionnels de la petite couronne (92, 93, 94) qui viennent travailler à Paris ;
  • la mise en place progressive d'une zone de basse émission : expérimentation de l'interdiction de circulation pour les autobus, autocars et poids-lourds de classe 1* dès le 1er juillet 2015 ; interdiction de tous les véhicules de classe 1* au 1er juillet 2016 ; interdiction progressive des véhicules de classe 2*, 3* puis 4* entre 2017 et 2020. L'interdiction serait passible d'une amende prévue pour la contravention de 2e classe (35 €) ;
  • l'expérimentation de voies de circulation réservées aux véhicules propres (électriques, hybrides rechargeables, gaz) dès 2016 sur certains axes ;
  • la gratuité du stationnement pour les véhicules hybrides rechargeables ;
  • la disparition de 300 fourgonnettes diesel dans le parc municipal ;
  • la création d'un crédit à taux préférentiel pour l'acquisition, par un professionnel, d'un véhicule propre ;
  • la réunion le 26 mars de maires européens, en association avec la Mairie de Rome, sur l'achat public groupé de camions, utilitaires ou bus électriques ;
  • la poursuite du service Vélib', notamment en intégrant un modèle électrique ;
  • une campagne d'information et de sensibilisation à destination des habitants et professionnels franciliens sur la nécessité de se déplacer sans polluer ;
  • le développement des espaces de garages sécurisés pour les vélos, bien dimensionnés, et positionnés en priorité sur l'ensemble des pôles de transport parisiens majeurs ;
  • une journée sans voiture le 27 septembre 2015 après la semaine européenne de la mobilité.



Ce qui existe déjà :


  • un service d'autopartage électrique Autolib' complété par une offre spécialement dédiée aux professionnels, Utilib' ;


Illustration : © Droits réservés

Permalien :