Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

La voiture électrique fait son entrée dans les auto-écoles

Renault annonce la sortie d'une version à double commande de sa ZOE pour les auto-écoles. L'arrivée de la voiture électrique dès la phase du passage du permis constitue une bonne nouvelle à double titre : elle génère moins de stress pour les élèves et permet de favoriser l'émergence de conducteurs sensibles à la mobilité propre et à l'éco-conduite.
La voiture électrique fait son entrée dans les auto-écoles

Et si la sensibilisation aux véhicules propres passait dès la phase d'apprentissage de la conduite ? Ce constat peut sembler simpliste, pourtant l'offre de voitures électriques dans les auto-écoles est encore très maigre. Cela va peut-être bientôt changer.

Renault vient en effet de s'engager cette année vers le développement des voitures électriques dans les auto-écoles. Une version spécialement configurée de la ZOE est disponible depuis le mois de janvier.

Une transformation dans les usines permet ainsi d'installer un double pédalier, un double rétroviseur intérieur et extérieur et un boîtier de commande filaire avec double commande.

Cette innovation avait été officialisée lors de la convention parisienne du Réseau des centres d'éducation routière (CER) en octobre dernier. Si l'initiative est récente, elle peut déjà bénéficier du retour d'expérience de précurseurs.


Moins de stress pour les élèves


C'est le cas de Guillaume Laurès de l'auto-école Car-K basée à Grazailles dans l'Aude qui s'est équipé dès avril 2014. L'occasion pour lui de confier ses premiers retours. "Le modèle autorise 150 km d'autonomie : avec une leçon à 25 ou 30 km en moyenne, on peut assurer une demi-journée de cours", explique-t-il dans les colonnes du Midi Libre.

La recharge du véhicule se fait à l'aide d'une borne 7 kW. Un branchement à l'heure du déjeuner permet ainsi de poursuivre les leçons sur l'après-midi. Et lorsque l'auto-école ne bénéficie pas elle-même d'une solution de recharge privative, il lui reste toujours la possibilité de se connecter au réseau public, en cours de déploiement sur toute la France.

Le public semble en tout cas conquis. Avec une boîte automatique, une conduite silencieuse sans à-coups et le couple immédiat, la voiture électrique est le remède à l'émotivité des jeunes conducteurs. "En terme d'abaissement du niveau de stress des élèves, c'est incomparable", ajoute Guillaume Laurès.


Vers une génération de futurs utilisateurs de véhicules électriques ?


Le développement de l'offre de voitures électriques dans les auto-écoles est une bonne nouvelle pour la filière. Avec 20 - 30 heures d'apprentissage à la conduite, le marché de l'auto-école favorise l'émergence d'une génération de conducteurs électro-sensibles et potentiellement sensibilisés dès la formation à l'éco-conduite pour mieux gérer l'autonomie d'une voiture électrique.

Pourra-t-elle être une bonne nouvelle pour les élèves ? Peut-être. On pourrait imaginer que des incitations soient mises en place pour valoriser ceux qui choisissent d'apprendre avec un véhicule propre. Déjà à Paris, Anne Hidalgo s'est engagée à offrir 50% de l'abonnement Autolib' pour les jeunes conducteurs. Voilà qui devrait donner des idées...


Illustration : © Renault

Permalien :