Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

La RATP en chemin pour convertir son parc de bus à l'électrique

La RATP annonce le lancement d'un appel d’offres en 2017 pour procéder au renouvellement de sa flotte de bus. En 2025, 80% de son parc sera donc électrique et les 20% restants fonctionneront au GNV. D’ici là, la régie va tester sur une période de deux ans, des bus électriques sur son réseau pour anticiper ce changement.
La RATP en chemin pour convertir son parc de bus à l'électrique

Le 9 juin dernier, lors du salon de l'Union internationale des transports publics (UITP) à Milan, Elisabeth Borne, la nouvelle présidente de la RATP a confirmé qu'à l'horizon 2025 la compagnie va convertir sa flotte de 4 500 bus. 80% seront remplacés par des bus électriques et 20% par des GNV. Pour atteindre cet objectif, un appel d'offres va être lancé en 2017.

Il s'agit pour la patronne du groupe français de "redonner une image de transport propre au bus". Un changement qui se fera par étape. Ainsi, la RATP va mener une expérimentation de deux ans (2015-2017) pour "tester toutes les technologies". Déjà trois constructeurs, Ebusco, Yutong et Solaris, se sont engagés à mettre à disposition un bus chacun. Ils seront mis en circulation à partir de septembre prochain.

Cette expérimentation va également permettre d'observer les modifications à apporter aux infrastructures (centres bus, arrêts, etc.) et adapter les compétences des équipes notamment en matière de maintenance.

Cette première phase de test menée par l'entreprise publique et le Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) sera complétée par une ligne de bus 100% électrique dépendant du centre de Belliard. Une vingtaine de Bluebus (Bolloré) à 22 passagers composera cette ligne dont le lancement est prévu pour 2016.


Les freins : le coût et l'autonomie


L'exigence de son métier de transporteur public oblige la régie francilienne à être vigilante sur l'autonomie de ces véhicules électriques. Il est nécessaire que ces bus puissent rouler jusqu'à 180 km par jour et être rechargés la nuit. Cette autonomie devra être portée à 250 km en 2025, indique Marie-Claude Dupuis directrice des bus à la RATP.

La compagnie de transport souhaite par ailleurs obtenir ces véhicules à un prix acceptable. Le prix actuel d'un modèle électrique est de 500 000 €, soit deux fois plus qu'un diesel classique. Un tarif jugé encore trop élevé, mais qui devrait vite évoluer. En effet, le marché se développe et d'une production à l'unité, les constructeurs vont passer à une production de série ce qui ne manquera pas de tirer les prix vers le bas.

Enfin, la RATP veut qu'il y ait une gestion commune des data généré par ces futurs nouveaux trafics : "Nous avons posé une seule condition aux constructeurs, que l'on puisse partager l'ensemble des données avec eux", indique Marie-Claude Dupuis.

Illustration : © RATP

Permalien :