Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Livrer sans polluer : un défi capital pour Paris

Pour la semaine de la mobilité, la Mairie de Paris a choisi de s'adresser aux professionnels. Elle a organisé une journée "livrer sans polluer" où un très large panel de l'offre d'utilitaires électriques a été présenté aux décideurs publics, entreprises et aux représentants du Marché de Rungis. La livraison en véhicule électrique devrait progresser dans la capitale, on vous explique pourquoi.
Livrer sans polluer : un défi capital pour Paris

La Mairie de Paris a organisé une journée dédiée aux solutions de transport de marchandises alternatives au véhicule thermique. Une initiative qui fait écho à l'interdiction de circulation pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes immatriculés avant 2001 et aux aides que la municipalité accorde depuis l'été aux petites entreprises de moins de dix salariés qui souhaitent s'équiper de véhicules à très émissions.

Elle propose ainsi une aide complémentaire au bonus écologique d'un montant de 15% sur le prix d'achat HT d'un véhicule dans la limite de :

  • 3 000 € pour un VUL électrique ou GNV inférieur à 2,5 tonnes ;
  • 6 000 € pour un VUL électrique ou GNV entre 2,5 et 3,5 tonnes ;
  • 9 000 € pour un poids lourd électrique ou GNV.

Rappelons qu'à Paris, les utilitaires sont responsables de 38% des rejets d'oxyde d'azote et de PM2,5 au sein du trafic routier.


L'électrique progresse au Marché de Rungis


Difficile de parler de logistique urbaine propre sans évoquer le Marché de Rungis. Gérée par une société d'économie mixte, la Semmaris, la plateforme est le plus grand marché de produits agricoles du monde. Elle s'étale sur 234 ha et regroupe 1 200 entreprises et 12 000 salariés.

Le marché de Rungis est aujourd'hui en pleine phase de réflexion sur l'intégration de services de mobilité électrique. Il a ainsi accueilli une grande exposition de solutions de transport en véhicules propres (électriques, gaz, essence) : vélo-cargo, scooter, fourgon, camion…

"Avons-nous vraiment le choix ?", se demande Stéphane Layani, président du Marché de Rungis, qui a consacré la dernière édition du journal mensuel à cette question. Force est de constater que la Semmaris, déjà signataire de la charte de logistique durable de la ville, a décidé de prendre le sujet en main.

La structure a ainsi acquis l'année dernière une flotte de véhicules électriques composée de plusieurs Renault ZOE et Kangoo ZE. Elle propose également un service d'autopartage de véhicules électriques baptisé Utilit'R, complémentaire à Autolib' déjà implanté sur le site. Destiné aux acheteurs et usagers du marché, le système permet de réserver sur des tranches de 30 minutes des ZOE et s'élargira à des Kangoo équipés d'un groupe frigorifique.

Parmi les autres incitations en cours, elle envisage de rendre l'accès au marché gratuit pour les véhicules peu polluants et a lancé un appel d'offres pour l'implantation de cinq stations de recharge.



Une offre large d'utilitaires électriques encore mal connue


Une fois la présentation des véhicules électriques frigorifiques achevée, les participants ont pu regagner confortablement la place Saint-Gervais dans le 4ème arrondissement de Paris, à bord du bus électrique Oréos 4x de PVI.

La Mairie de Paris a organisé une belle exposition de véhicules utilitaires électriques de tout gabarit. Etaient notamment présents Blueutility, Citroën, Eccity, Expert Nett, Gruau, Mercedes, Muses, Nissan, Peugeot, Renault, Renault Trucks, SymbioFCell, Univers VE Helem, Volkswagen...

Si les stands ont été quelque peu boudés par les professionnels, l'initiative a au moins eu le mérite de mettre la question de la livraison en véhicule propre sur le devant de la scène. Christophe Najdovski, adjoint à la Maire en charge des transports, des déplacements et de l'espace public, a rappelé que la Mairie de Paris était là pour accompagner cette mutation.

Marie Castelli, Secrétaire générale de l'Avere-France, a quant à elle insisté lors du discours d'ouverture qu'il n'y a aujourd'hui pas de "problème d'offre sur l'utilitaire électrique, mais de connaissance de l'offre", d'où la nécessité d'organiser davantage d'événements comme celui-ci.



Expérimentation d'un autopartage d'utilitaires électriques en coeur de ville


La Mairie de Paris va poursuivre cette dynamique amorcée sur la livraison en véhicule électrique. Elle lance en janvier 2016 une expérimentation d'autopartage d'utilitaires électriques pour les commerçants d'une durée d'un an, avec le soutien de la Région Ile-de-France.

Les artisans et commerçants du 2ème arrondissement pourront utiliser douze véhicules électriques : deux Mooville de Muses dont une version froid, cinq Citroën Berlingo et cinq Peugeot Partner. L'initiative permettra de sonder les besoins des professionnels et de les inciter à utiliser des solutions non polluantes.

Le service devrait être inauguré dans les prochaines semaines.



Illustration : © Droits réservés

Permalien :