Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

Mobilité électrique : la ville du Havre à l'heure de la confirmation

Le Havre fait partie des territoires précurseurs sur le véhicule électrique. Très impliquée, la municipalité a organisé avec l'Avere-France, en partenariat avec la Caisse des dépôts et Greenovia, une journée de sensibilisation destinée aux élus et techniciens de l'agglomération. L'occasion de récolter les témoignages d'utilisateurs convaincus et de faire le point sur les avancées du plan de déploiement de bornes de recharge en Haute-Normandie.
Mobilité électrique : la ville du Havre à l'heure de la confirmation

La Journée des Territoires Electromobiles du 13 octobre a rassemblé au Havre élus, représentants des collectivités et entreprises de la Haute et Basse-Normandie. Organisée par l'Avere-France en partenariat avec la municipalité, elle a fait le point sur le développement de l'électromobilité dans la région et partagé les retours d'expérience.

Sur les terres des usines de Cléon (production du moteur électrique de la Renault ZOE) et de Dieppe (assemblage de la Bluecar), la journée n'a fait que confirmer que la Normandie est une région branchée !


Un maillage 2.0 du Havre et son agglomération en bornes de recharge


Lauréat d'un Trophée des Territoires Electromobiles en 2010, le Havre a fait partie des premières villes de France à s'intéresser à la voiture électrique alors que le marché n'en était qu'à ses balbutiements. La commune a installé 12 bornes publiques qui permettent à 90 usagers réguliers de recharger leur véhicule. Depuis, la mobilité électrique s'est étendue à toute la région avec le projet d'une ligne de bus électrique et le développement des solutions de recharge.

"La CODAH projette ainsi l'installation de 30 bornes doubles en parking ou en surface sur l'agglomération havraise pour un coût de 400 000 €", a rapporté Jean-Sébastien Chaboche, directeur mobilité.

Le projet s'inscrit dans le cadre du schéma de 733 points de recharge coordonné par le Conseil régional Haute-Normandie. Une démarche où chacune des 19 collectivités engagées aura son propre réseau local. C'est pour cette raison que la Région a doublé son rôle de financeur par un soutien technique apporté lors du déploiement.

La clé du succès résidera donc dans l'interopérabilité, insiste Guillaume Tricot, Chef de projet Industrie de la Région. Plusieurs solutions sont à ce jour à l'étude, parmi lesquelles passer par une plateforme nationale comme celle de GIREVE ou utiliser la carte de transport Atoumod. Sans compter qu'au dispositif public s'ajoute le maillage de Bolloré.

Le directeur du projet Bluelib, Olivier Colas, a en effet fait aux collectivités présentes une proposition d'installation de 260 bornes de recharge sur 55 communes en particulier sur l'agglomération havraise, rouennaise, à Evreux ou encore à Dieppe. L'occasion pour lui de rappeler que ce projet ne nécessite aucun investissement de la part des villes…

Nul doute que l'implantation des bornes fera l'objet de discussions entre les parties. Elles pourraient aboutir à une répartition des infrastructures initialement projetées par les syndicats d'énergie, comme c'est le cas en Bretagne.


Témoignages passionnés sur le véhicule électrique


La journée a également fait la part belle aux témoignages. A commencer par celui du CHU Hôpitaux de Rouen qui a fait l'acquisition d'un Renault Kangoo ZE en remplacement d'un vieux diesel.

Un choix réfléchi puisque le véhicule partagé entre deux directions support n'a pas à effectuer un large rayon d'action. Afin de valoriser son engagement, le centre hospitalier n'a pas hésité à faire connaître son utilitaire électrique : logo spécifique, mise à l'essai pendant la semaine de la mobilité…


CHU Rouen Kangoo ZE


Résultats des courses : un deuxième véhicule dont la livraison est attendue pour la fin d'année et des utilisateurs conquis. "Rouler en véhicule électrique, c'est se démarquer des autres", complète François Forterre, qui a fait un retour équivalent sur la flotte de véhicules électriques gérée par la ville du Havre.

Pour Luc Kuenemann, le véhicule électrique est surtout un choix économique. A coûts équivalents avec ceux qu'une Clio diesel, le gérant de l'Hôtel de la Plage à Dieppe a préféré, calculs à l'appui, une Renault ZOE dans sa version haut de gamme.

La raison est claire : il a pu bénéficier de 5 700 € d'aide du Conseil régional Haute-Normandie, ne pas payer de taxe sur les véhicules de société et économiser sur les frais d'entretien. Cerise sur le gâteau : l'établissement propose désormais une borne de recharge pour des clients équipés d'un véhicule électrique.

Ces retours d'expérience le prouvent : les incitations publiques font office de déclencheur. Et une fois convertis, les utilisateurs ne repasseraient pour rien au monde au véhicule thermique.

Rien de surprenant donc que Frédéric de Maneville, Directeur général d'Eccity Motocycles, ait lancé un appel aux collectivités présentes à attribuer des aides locales à l'acquisition de scooters électriques. Marc Migraine, adjoint au Maire du Havre en charge de l'environnement, qui a testé l'Artelec 670, l'aura peut-être entendu.

L'Avere-France remercie ses partenaires, La Caisse des dépôts et Greenovia, ainsi que la ville du Havre pour l'organisation de cette journée. Prochaine étape : le 5 novembre au Conseil régional Ile-de-France.


Retrouvez sur l'espace adhérents l'ensemble des présentations qui ont été projetées !


Photo de couverture : © Avere-France
Illustrations : © Droits réservés

Permalien :