Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Allemagne : immatriculation différenciée pour les véhicules électriques

L’Allemagne vient de mettre en place une immatriculation spéciale pour les véhicules électriques. Une mesure bienvenue, surtout compte tenu de la modération des politiques incitatives au niveau fédéral. Malgré ces réserves, le rapport de SCelecTRA dessine un avenir très favorable pour la mobilité électrique allemande. Explications.
Allemagne : immatriculation différenciée pour les véhicules électriques

Le rapport SCelecTRA, publié par l'IFP Energies Nouvelles, avance dans son scénario le plus favorable au développement de la mobilité électrique, une part de marché de 34 % pour les voitures électriques et hybrides rechargeables en Allemagne en 2030. Dans la perspective la plus pessimiste des hypothèses, celles-ci représenteraient, selon les auteurs de l'étude, 20 % des ventes automobiles outre-Rhin.

Comment expliquer cet écart par rapport à d'autres pays européens actuellement plus généreux, comme la France par exemple qui enregistrerait 28% et respectivement 18% ?

Sans doute, au vu des différences culturelles entre les pays, des écarts en termes de PIB par habitant, de l'implication des acteurs privés dans l'essor de l'électromobilité, expliquent les chercheurs du projet SCelecTRA. Mais qu'en est-il des politiques publiques pour la mobilité électrique jugées par les auteurs comme indispensables à l'essor du marché ?


Nouvelle politique d'incitation : immatriculation spéciale


L'Allemagne vient de mettre en place l'immatriculation spéciale pour les électriques et les hybrides rechargeables. Pour

bénéficier de la lettre "E" sur leurs plaques minéralogiques, les voitures devront répondre à un de ces deux critères : émettre moins de 50 g/km de CO2 ou disposer d'une autonomie en mode électrique supérieure à 30 km.

Cette mesure permettra une identification plus rapide des véhicules rechargeables. Ainsi, les collectivités locales pourront mettre en place plus facilement des mesures qui favorisent les véhicules à faibles émissions : places gratuites de stationnement, voies réservées, zones à circulation restreinte.

Elle vient enrichir un panel de politiques publiques favorables à la mobilité électrique jusqu'à lors modeste par rapport à d'autres pays européens. En effet, à part quelques allègements de taxes au niveau fédéral, l'Allemagne n'a pas un programme de subvention pour la mise à la casse de vieux véhicules thermiques ou l'aide à l'achat de véhicules à faibles émissions.


Des politiques fédérales encore modestes


Ainsi, au niveau fédéral, les voitures électriques et hybrides rechargeables sont exonérées de taxe annuelle pendant dix ans. Des allègements fiscaux pour les entreprises ont été prévus en valeur de 1 milliard d'euros accordés sur 3 ans, dont 50 % de crédit d'impôt sur l'achat d'un véhicule électrique.

En ce qui concerne les aides à l'achat, seule la ville de Munich en prévoit une. Elle offre une subvention de 2 500 € aux particuliers et 4 000 € aux entreprises.


Initiatives privées ou locales d'envergure


De même, les programmes de déploiement d'infrastructures, à l'exception notable du projet SLAM, sont financés localement ou par des acteurs privés. À Munich, 7,6 millions d'euros seront investis par an pour déployer 200 bornes d'ici 2017.

Tank&Rast Autoroute, leader allemand en fourniture de services sur autoroute, installera 400 bornes de recharge rapide dans ses stations-service tous les 30 km. Les 49 premières bornes ont déjà été commandées. Elles seront équipées chacune avec des prises Combo, CHAdeMO et de type 2.

Permalien :