Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Le Royaume-Uni prolonge jusqu'en 2018 les aides à l'acquisition de véhicules électriques

Le gouvernement britannique a reconduit jusqu'à 2018 son plan de soutien à l'acquisition de véhicules électriques et hybrides rechargeables. Parmi les changements notables de cette seconde phase : une différenciation du montant des aides selon l'autonomie du véhicule en mode zéro émission et un plafond introduit sur le prix du véhicule éligible.
Le Royaume-Uni prolonge jusqu'en 2018 les aides à l'acquisition de véhicules électriques

Le Royaume-Uni a annoncé l'extension de son dispositif d'aide à l'acquisition d'un véhicule à très faibles émissions. Alors que son prédécesseur a permis le financement de plus de 50 000 voitures, le plan est doté d'une enveloppe de 400 millions de livres (environ 550 millions d'euros) sur la période mars 2016 - mars 2018.

La nouveauté de cette deuxième phase réside en ce qu'elle pondère le montant de l'aide en fonction du type de véhicule rechargeable. Pour ce faire, trois catégories ont été dessinées :

  • Catégorie 1 : < 50 g CO2/km et > 112 km (70 miles) en mode "zéro émission"
  • Catégorie 2 : < 50 g CO2/km et entre 16 et 111 km (10 - 69 miles) en mode "zéro émission"
  • Catégorie 3 : entre 50 et 75 g CO2/km et au moins 32 km (20 miles) en mode "zéro émission »

Les véhicules de catégorie 1 bénéficieront d'une aide de £4 500, soit £500 de moins que sur la précédente période, tandis que ceux des catégories 2 et 3 recevront un soutien de l'Etat de £2 500, à condition que leur prix d'achat soit inférieur à £60 000. Cette exception ne concerne pas la catégorie 1, ce qui rend les Tesla toujours éligibles au dispositif.

En parallèle, le gouvernement britannique propose une subvention de £500 pour accompagner les acquéreurs d'un véhicule rechargeable à s'équiper d'un point de recharge à domicile.


Les zones "air pur" en préparation


Le gouvernement a également annoncé quelles villes ont été choisies pour accueillir les premières zones air pur d'ici 2020. Il s'agit de Birmingham, Leeds, Southampton, Nottingham et Derby. Si le modèle poursuit les mêmes finalités que l'appel à projet "villes respirables en 5 ans", les conditions semblent moins restrictives côté britannique.

Les zones n'affecteront la circulation que des camions, bus, autocars et taxis les plus polluants. Le gouvernement souhaite ainsi préserver la liberté des automobilistes d'accéder aux centres-villes, ce qui pourrait au bout du compte n'avoir qu'un effet limité sur l'amélioration de la qualité de l'air.

Le Royaume-Uni s'est engagé à ce que tous les voitures et camions soient zéro émission à l'usage d'ici à 2050. Quelque 600 millions de livres supplémentaires ont été allouées au développement, à la production et à l'adoption des véhicules à très faibles émissions. Les effets des politiques publiques de soutien n'ont cessé de croître. Plus de 21 000 véhicules rechargeables ont été immatriculés Outre-Manche entre janvier et octobre 2015, dont 8 300 modèles 100% électriques (lire notre dossier). En novembre, l'intégralité des modèles rechargeables représentait même 1,25% du marché automobile.


Illustration : © Go Ultra Low

Permalien :