Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

Le marché du scooter électrique en progression en 2015

En 2015, le marché français du scooter électrique a cumulé 1 861 immatriculations, soit une progression de 61% par rapport à l’année précédente. Des volumes qui restent certes limités, mais qui laissent entrevoir un intérêt manifeste des utilisateurs pour ce type de technologie.
Le marché du scooter électrique en progression en 2015

Le marché du scooter électrique a progressé en 2015 de 60,7% pour atteindre les 1 861 immatriculations contre 1 158 en 2014. Le segment des équivalents 50 cm3 apparaît comme le plus dense avec de nombreuses marques chinoises importées sur le sol français.

Dominé par le trois-roues électrique de Ligier (530 immatriculations), le Ride de Norauto (259) et les différents modèles de Govecs, il totalise 1 408 unités contre 453 équivalent 125 cm3. Notons que les modèles historiques (Peugeot e-vicacity, Yamaha EC03 et Matra e-mo) reculent, ce qui atteste d'un renouvellement efficace de l'offre.

Sur le segment du 125, le BMW C-Evolution reste le scooter le plus plébiscité avec 409 immatriculations. Le frémissement des ventes sourit également à Eccity Motocycles qui enregistre 28 immatriculations de son Artelec 670.

Les résultats de la moto électrique sont quant à eux plus confidentiels avec 102 unités écoulées en 2015. Ils se partagent essentiellement entre les trois modèles de Zero Motocycles (38) et le Electric Motion EM 5.7 (39). A titre de comparaison, le marché global des motos et scooters de plus de 50 cm3 a atteint les 141 123 immatriculations en France en 2015.


Economique à l'usage, encore cher à l'achat


Même si les volumes sont loin d'atteindre ceux des voitures et utilitaires électriques, il reste tout de même satisfaisant de voir qu'en dépit d'incitations financières, des centaines d'utilisateurs se sont orientés vers des modèles zéro-émission. C'est le signe qu'il y a aussi de réelles attentes sur le marché des deux-roues qui ne demandent qu'à être développées.

Les municipalités de leur côté commencent à s'engager timidement sur la conversion du parc roulant. La ville de Paris par exemple a décidé d'inclure les deux-roues thermiques immatriculés avant le 1er juin 2000 parmi les véhicules qui ne seront plus autorisés à circuler dans la capitale au 1er juillet 2016.

Néanmoins, sans mesure d'accompagnement financier pour rendre l'offre disponible plus accessible à l'achat, les deux-roues électriques représentent difficilement une alternative aux thermiques malgré d'évidents bénéfices écologiques et un coût à l'usage attractif. Alors que l'Etat ne serait en mesure de les subventionner que sur la base d'un malus, les nouvelles régions ne pourraient-elles pas s'emparer du sujet ?

Retrouvez les chiffres complets des immatriculations de scooters et de motos électriques dans votre espace adhérent !



Graphiques : © Avere-France/AAA data
Illustration : © BMW

Permalien :