Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

BYD se lance sur le marché français du transport en commun électrique

BYD a réuni les exploitants de services de transport de voyageurs ce vendredi 11 mars à Paris pour présenter son autocar électrique. Une grande première européenne qui annonce les ambitions de l’industriel chinois sur le marché français du transport en commun à faibles émissions.
BYD se lance sur le marché français du transport en commun électrique

Le géant chinois du véhicule électrique passe à l'offensive sur le marché français, en commençant par le transport en commun. Depuis la loi relative à la transition énergétique, les opérateurs doivent en effet intégrer 50% de véhicules à faibles émissions (hybride, gaz, électrique…) à chaque renouvellement de leur parc d'ici 2020, puis 100% en 2025.

Les signaux positifs du côté de l'électrique se multiplient, à commencer par la RATP qui a choisi de convertir 80% de son parc roulant à l'électrique et plus récemment Lyon. Le SYTRAL a en effet conclu sa campagne d'essais de bus hybrides sur la décision de passer directement au tout électrique.

La RATP teste de son côté depuis le début de l'année plusieurs modèles électriques sur deux lignes de la capitale, parmi lesquels on trouve celui de Yutong. Alors BYD serait-il parti en retard ? Si le constructeur chinois se lance effectivement après les autres, il dispose quand même d'une longueur d'avance.


Des flottes de bus électriques aux quatre coins du monde


Fort de 16 ans d'expérience et de 180 000 salariés, BYD revendique avoir mis à l'essai ses bus électriques sur plus de 160 villes dans le monde, dont 50 en Europe. Les exemples se succèdent : la navette aéroportuaire de Schipol aux Pays-Bas, une commande de 51 bus à double étage à Londres, un premier contrat décroché au Canada de 35 bus pour la municipalité de St Albert…

Mieux, l'entreprise peut s'enorgueillir d'équiper la première flotte 100% électrique d'une autorité organisatrice de transport aux Etats-Unis : la société fournira 85 bus à l'Antelope Valley Transit Authority, basée au nord de Los Angeles.



Arrivée prévue en France d'ici l'été 2016


Bus, navette urbaine, bus touristique, autocar… BYD se place sur tous les créneaux. Pour aborder le marché français, la société a choisi de présenter un autocar électrique de 12 m, une première sur le Vieux Continent.

Le véhicule doté de 51 sièges est équipé d'un pack batteries fer phosphate, rechargeable en 2h30 sur du 2x 40 kW, qui lui confère une autonomie de 200 km. "Celle-ci va augmenter dans les années à venir", assure Isbrand Ho, le Managing Director de BYD Europe.

Le car se décline également en une version bus capable de transporter 90 voyageurs sur 300 km. D'autres modèles de 8m à 18m seront aussi disponibles pour couvrir davantage de besoins. La recharge s'effectue généralement au terminus, mais BYD se veut souple et peut s'adapter aux contraintes de l'opérateur.

A l'image d'un Bolloré, le constructeur est polyvalent et veut tout maîtriser : batteries, véhicule et système de charge sont issus des propres usines du groupe. Pour l'Europe, il devrait agir depuis sa base hongroise.

BYD prévoit de sortir son bus pour l'été 2016 et l'autocar au 1er trimestre 2017, avec en ligne de mire les futurs appels d'offres sur Paris, Lyon, Amiens ou encore Chartres.


Illustrations : © Avere-France

Permalien :