Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Les bus électriques envahissent les villes !

D'Amiens à Rennes en passant par Paris, de plus en plus de villes s’équipent de bus électriques, attirées par les nombreux avantages qu’ils offrent par rapport à leurs homologues thermiques. En adoptant des modèles à énergie alternative, les opérateurs de transport donnent ainsi l’exemple pour l’acquisition de véhicules propres et participent activement à la réduction de la pollution atmosphérique en ville.
Les bus électriques envahissent les villes !

Strasbourg, Rennes, Nice, Paris… Les bus électriques se déploient aujourd'hui aux quatre coins de la France. Ces véhicules faibles émissions font partie intégrante des politiques locales en termes d'amélioration de la qualité de vie en milieu urbain et répondent aux problématiques de pollution de l'air.

Surtout, les autorités organisatrices de transport doivent répondre aux obligations d'équipement en véhicules propres, issues de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Ainsi, tous les autobus acquis ou mis en service dans le cadre d'un renouvellement de flotte après le 1er janvier 2025 devront être à faibles émissions. Cette notion n'a pas encore été définie mais les motorisations électriques seront incluses.


Des villes au cœur de la transition énergétique


A Paris, la RATP vise un objectif de 100 % de bus propres à l'horizon 2025. Sur les 4 500 unités qui composent la flotte de la régie, 80 % circuleront à l'électricité et les 20 % restants au biogaz.

Le groupe breton Bolloré va prochainement équiper la ligne 341 du réseau avec 23 exemplaires de son Bluebus dans sa version 12 mètres. La recharge s'effectuera la nuit, au centre de remisage. Il s'agira alors de la première ligne européenne entièrement équipée de bus électriques. Des lignes de traverse sont aussi équipées de navettes électriques comme le Montmartrobus, doté d'OREOS de PVI depuis plus de 10 ans !



Les essais ne se limitent pas au seul Bluebus puisque la RATP va tester plusieurs véhicules au cours des prochains mois. Ainsi, les constructeurs Heuliez, Irizar, Solaris et Yutong vont mettre des bus électriques à la disposition de l'opérateur de transport, toujours en conditions réelles de circulation sur plusieurs lignes.

En septembre dernier, la municipalité d'Amiens a remplacé certains de ses bus diesels par des Bluebus 22 places pour circuler en centre-ville. Ces véhicules d'une autonomie de 120 kilomètres ont même permis à Ametis, le gestionnaire du réseau, de réorganiser le plan de circulation des bus et d'allonger la ligne d'un kilomètre. La Métropole veut également étendre son réseau grâce à plusieurs lignes de bus à haut niveau de service électrique, attendues pour 2019.



Premier réseau de trolleybus de France avec 9 lignes, les transports en commun lyonnais se tournent également vers les bus électriques. Après avoir testé pendant un an des modèles hybrides diesel-électrique, le SYTRAL, l'autorité organisatrice des transports de Lyon, a abandonné ce projet et a préféré se tourner vers des véhicules 100% électriques.

La smart city a testé plusieurs fois la navette autonome Navya dans le quartier des pentes de la Croix-Rousse puis à Confluence, le nouveau quartier intelligent de la capitale des Gaules. Le Bluebus est ici aussi à l'essai sur plusieurs lignes de minibus. Si l'expérimentation s'avère concluante, plusieurs unités devraient intégrer la flotte du SYTRAL en 2017.



Plusieurs tests en cours


Pendant 10 jours, un bus Yutong va être testé à Strasbourg. La ville, reconnue pour son engagement de longue date pour le développement de l'écomobilité, souhaite évaluer les impacts et les caractéristiques de la circulation d'un bus électrique sur un parcours en centre-ville avant d'envisager toute acquisition. Ce test s'effectue dans le cadre de l'appel à projets "Villes respirables" pour lequel Strasbourg a été récompensée.

La ville de Rennes va de son côté bientôt lancer un appel d'offres pour mettre à l'essai des bus électriques sur son réseau. La métropole bretonne souhaite équiper l'ensemble de ses lignes de véhicules faibles émissions à l'horizon 2030. Alors que les modèles électriques de taille standard sont légions, il est plus rare de croiser des bus articulés électriques. Il s'agit là d'un défi de taille pour les industriels, puisque la flotte de la ville en est composée à 64 %! La puissance nécessaire à ces derniers est bien plus importante que pour un modèle standard, et l'autonomie est également affectée. Un premier test, composé de 7 véhicules électriques de 12 mètres de long, commencera au printemps 2017. Cet essai sera complété en 2018 avec des bus articulés.

Nice quant à elle vient de tester pendant un mois et demi l'Irizar i2e, long de 12 mètres et à la capacité de 75 passagers. Doté d'une autonomie de 250 kilomètres, il peut circuler pendant 16 heures dans des conditions de circulation denses, grâce à un pack batteries de 376 kWh. En 2014, plusieurs unités avaient déjà été testées en conditions réelles comme le minibus Zeus ou le Bluebus. D'autres véhicules sont déjà prévus afin de pouvoir établir un bilan comparatif et se tourner vers le modèle le plus approprié.


Illustrations : © droits réservés

Permalien :