Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Dossier : A la découverte du véhicule électrique en Norvège

Avec plus de 22% de parts de marché sur les ventes d’automobiles neuves en 2015, la Norvège est devenue le premier marché de masse du véhicule électrique. L’Avere-France et une délégation française de représentants de l’industrie et des pouvoirs publics se sont ainsi rendus à Oslo, pendant deux jours, à la rencontre des acteurs de l’électromobilité norvégiens. Explications sur ce phénomène parti pour durer.
Dossier : A la découverte du véhicule électrique en Norvège

L'Avere-France a conduit une délégation de représentants de la filière française de la mobilité électrique dans la capitale mondiale du véhicule électrique : Oslo. Nous avons été chaleureusement accueillis pendant deux jours par Elbil, l'association fédératrice des utilisateurs de véhicules électriques en Norvège.

Le programme a débuté par une présentation du marché norvégien. On y apprend que les mesures incitatives essentiellement composées d'une exemption de la TVA (25%) et de l'onéreuse taxe à l'importation du véhicule étaient déjà en place, avant même que les ventes décollent.

C'est l'arrivée de la Nissan LEAF en 2011 qui constitue l'élément déclencheur, alors que l'historique voiture électrique norvégienne, Buddy, n'a pas rencontré le succès attendu. Pendant ce temps, les politiques publiques sont restées stables, ce qui a contribué à rendre les modèles électriques compétitifs avec leurs équivalents thermiques. La recette idéale.


Près de 100 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables en circulation


Les chiffres, on les connaît ou presque. La Norvège vient de dépasser le seuil du 100 000ème véhicule électrique immatriculés, hybrides rechargeables inclus. En 2015, plus d'une voiture sur 5 vendue était motorisée électrique - un record. Mieux, la voiture la plus plébiscitée des automobilistes norvégiens l'année dernière est la Volkswagen e-Golf.



Mais il faut le voir pour le croire. Pas une rue de la capitale où l'on ne croise pas une voiture électrique. Les parkings réservés aux véhicules zéro émissions ne désemplissent pas. Il y a même la queue aux stations de recharge !

Qu'on ne se trompe pas, à la différence du Royaume-Uni par exemple, ce sont bien les véhicules 100% électriques qui dominent les ventes. Les hybrides rechargeables ne représentent en effet qu'un peu plus de 10% du parc roulant électrifié.

De nouveaux challenges se profilent pour les Norvégiens. Il s'agit notamment pour eux de densifier leur réseau de bornes de recharge. Le décollage des ventes de véhicules ne s'est en effet pas accompagné de l'installation d'infrastructures, les utilisateurs se chargeant majoritairement sur leur lieu de travail ou au domicile. Reste à satisfaire les besoins de mobilité.

C'est pourquoi après une vague successive d'appels d'offres, la Norvège va se couvrir de bornes de recharge rapide sur les autoroutes à raison d'une station tous les 50 km. L'enjeu explique la secrétaire générale d'Elbil, Christina Bu, "c'est d'assurer un service de recharge optimal propre à rassurer l'utilisateur sur la disponibilité du point de recharge et sur son bon fonctionnement".

Toute la difficulté pour l'association et les pouvoirs publics est de maintenir l'excellent taux de satisfaction de 90% des utilisateurs de véhicules électriques…


Les industriels au rendez-vous


Le voyage nous a également mené dans l'un des deux parkings souterrains de la ville d'Oslo bientôt exclusivement affectés au stationnement et à la recharge - gratuite - des véhicules électriques. Le parking entièrement sprinklé offrira environ 80 places et sera couplé avec un système de pilotage énergétique de la recharge.

La municipalité est ainsi déterminée à poursuivre une politique largement incitative sur l'électromobilité pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre liés au transport.

Du coté des industriels, Fortum nous a présenté sa station de recharge solaire en centre-ville. Elle répond à tous les standards de prise et permet l'accès au service par SMS, badge RFID, une application mobile dédiée ou par celle d'Easypark. Elle est par ailleurs connectée au réseau Intercharge d'Hubject.



Renault est de son côté revenu sur l'introduction des Kangoo, Twizy et ZOE en Norvège. A noter que la citadine est vendue ici batteries incluses. Distribués par Motorgruppen depuis 2013, les véhicules électriques de la marque au losange tournent aux alentours des 4% de parts de marché, mais la tendance est nettement à la hausse. Le service de distribution du courrier Posten, par exemple, a fait l'acquisition de 300 fourgonnettes Kangoo ZE l'année passée.

Afin de stimuler les ventes, Renault a mis en place des incitations supplémentaires : rabais de 25 000 NOK en cas de mise à la casse d'un véhicule électrique, don à une association caritative et un an de rechargement gratuit sur le réseau de Fortum.


A suivre dans les prochains jours…


En définitive, nous avons été conquis par ce pays où la voiture électrique fait l'objet d'un consensus entre les pouvoirs publics nationaux et locaux et les consommateurs. La Norvège a su tirer parti de son énergie 100% renouvelable pour bâtir un environnement favorable à la mobilité électrique et devenir un early mass market.

Retrouvez au cours des prochains jours nos articles spécialisés sur les politiques publiques mises en place, le réseau de recharge de Fortum, l'association Elbil et l'étude qu'elle a menée sur les utilisateurs de véhicules électriques !



Illustrations : © Avere-France

Permalien :