Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

Quatre syndicats d'énergie s’allient pour déployer des bornes de recharge en Bourgogne

Pour développer l’électromobilité en milieu rural, les départements de l’Yonne, la Saône-et-Loire, la Côte-d’Or et la Nièvre se sont regroupés afin de déployer au mieux leurs infrastructures de recharge. Ce groupement interdépartemental souhaite s’engager sur le long terme, puisque plus de 1 000 points de charge sont attendus d’ici 2025.
Quatre syndicats d'énergie s’allient pour déployer des bornes de recharge en Bourgogne

Le nombre de véhicules électriques augmente d'année en année, même dans les zones rurales. Ainsi en 2015, 526 nouveaux véhicules rechargeables ont été immatriculés en Bourgogne, un chiffre qui devrait être multiplié par 11 en dix ans.

Pour accompagner cet engouement et le développer, les collectivités doivent faciliter la recharge. Ainsi, quatre syndicats Départementaux de l'Energie de la région Bourgogne-Franche-Comté se sont associés pour proposer un réseau complet de bornes sur leur territoire.


Une infrastructure à l'échelle régionale


Le groupement de commandes est piloté par le Syndicat Départemental de l'Energie de l'Yonne. Le SDEY est d'ailleurs précurseur dans le déploiement des bornes, avec une volonté forte de développer l'utilisation des véhicules électriques. Les trois autres départements ont préféré attendre les premiers résultats en termes de fréquentation et d'utilisation avant de se lancer, et donc décidé d'installer moins de bornes au départ.

Un schéma de cohérence pour le développement de la mobilité électrique a été adopté à l'échelle régionale, pour préparer un maillage en infrastructures dédiées aux véhicules branchés qui soit à la fois efficace et interopérable. Ce programme est un guide facilitant la décision des élus souhaitant disposer de ce type d'équipements.

Le plan préconise tout d'abord le déploiement d'installations rapides (50 kW) en priorité près des principaux axes routiers. Cette couverture sera complétée par des points de recharge normale / accélérée (3 à 22 kW) sur les pôles économiques, dans les zones où le stationnement est contraint, et sur les sites touristiques. Enfin, elle compterait des prises pour la recharge de nuit, dans les espaces urbains denses et accueillant des touristes.


Un programme sur 10 ans


Le plan de déploiement sera mené en trois tranches. La première a débuté en 2015 par la mise en place d'un maillage pilote de 69 points dans les zones identifiées comme ayant le plus fort potentiel.

L'offre s'intensifiera ensuite en 2020 et en 2025, passant à 347 puis 1 042 points de charge. Le maillage s'appuiera aussi sur les nœuds d'intermodalité, comme les gares routières ou les parkings relais. Le choix des implantations se fera à l'échelle du canton : dans une région rurale peu dense, cela leur est apparu comme l'échelle la plus adaptée. Au final, les conducteurs devraient trouver une borne tous les 20 kilomètres.


Dans l'Yonne :

Le Syndicat Départemental d'Energie de l'Yonne a quant à lui déjà entrepris l'installation d'une soixantaine de bornes d'ici la fin de l'année (dont 5 rapides et 19 accélérées d'ici fin septembre), pour un total de 157 bornes en 2017. Le réseau final proposera 20 bornes rapides et 137 bornes accélérées. Le déploiement est soutenu car la demande est là : plus de 130 véhicules électriques ont été immatriculés dans le département depuis le début de l'année ! La charge sera d'ailleurs gratuite pour les utilisateurs du réseau jusqu'au 31 décembre 2017. Les collectivités ayant délégué leurs compétences au SDEY peuvent recevoir de la part de ce dernier une subvention de 2 700 € lors de l'acquisition de leur premier véhicule électrique.


En Côte-d'Or :

Le syndicat d'énergie de la Côte-d'Or n'a pas encore voté son programme mais devrait déployer cinquante bornes, principalement accélérées, d'ici à la fin 2017, pour un début des travaux avant la fin de l'année. La Communauté Urbaine du Grand Dijon, intercommunalité regroupant 24 communes, déploie également des bornes de recharge indépendamment du Syndicat Intercommunal d'Electricité de Côte d'Or.


En Saône-et-Loire :

Le Syndicat Département d'Energie de Saône-et-Loire va quant à lui déployer ses 10 premières bornes en 2017, puis une seconde phase viendra tripler le nombre de points de recharge à moyen terme. Il s'agira de bornes accélérées d'une puissance de 22 kW que les automobilistes pourront utiliser gratuitement durant les trois premières années.


Dans la Nièvre :

Enfin, le syndicat d'énergies de la Nièvre s'est engagé sur l'équipement de son territoire avec 36 bornes de recharge. L'essentiel du déploiement se fera avant l'été 2017 avec une quinzaine installées avant l'été sur l'axe ligérien et dans le Morvan des lacs, avant une seconde vague d'installations dans le département au second semestre. Leur emplacement définitif n'a toutefois pas encore été choisi.

Jusqu'au 31 décembre 2017, les recharges seront gratuites. Il en coûtera ensuite "1,50 € à 3 €" par plein, selon Yannick Hoarau, directeur des travaux au Syndicat intercommunal d'énergies, d'équipement et d'environnement de la Nièvre (Sieeen).Ce déploiement entre dans le cadre d'un projet à 300 000 €, financé équitablement par le Sieeen et l'ADEME.


Se regrouper pour réduire les coûts


Les collectivités veulent être en mesure de limiter leur déficit d'exploitation dans un marché encore émergent, d'autant plus en milieu rural.

Pour optimiser les coûts, toutes les caractéristiques du marché (prises et puissance de la recharge, interopérabilité, conditions d'accès, supervision) ont été passées en revue afin d'accompagner au mieux le développement de la mobilité électrique pour une durée de 10 ans.

Pour financer le programme, trois des quatre syndicats d'énergie ont bénéficié des aides de l'ADEME dans le Programme des Investissements d'Avenir. La demande de la Saône-et-Loire a été refusée car le plan proposé était inférieur au minimum requis de 200 000 €. Les différents syndicats ont alors fait des demandes de subventions auprès de l'Union Européenne.

Dans l'Yonne, les communes prennent en charge 20 % des coûts d'installation des bornes. Le solde est partagé entre l'ADEME et le SDEY qui financent respectivement 50 % et 30 % du prix d'acquisition d'une borne accélérée, et inversement 30 et 50 % pour une borne de recharge rapide.


Illustrations : © droits réservés

Permalien :