Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

La France en tête du marché européen du véhicule électrique au 1er semestre 2016

L’Hexagone est devenu la nouvelle locomotive du marché du véhicule électrique en Europe en ravissant à la Norvège la première place en termes de volumes sur le 1er semestre 2016. Pour doubler la mise, la Renault ZOE conserve son statut de numéro 1 des ventes acquis au cours de l’année dernière.
La France en tête du marché européen du véhicule électrique au 1er semestre 2016

Le marché européen du véhicule électrique a franchi au cours du 1er semestre 2016 le cap des 50 000 immatriculations. C'est 11,3% de plus qu'en 2015 où l'on avait enregistré 45 500 livraisons sur la même période. L'électrique demeure en revanche minoritaire sur les ventes globales d'automobiles neuves avec 0,56% de part de marché (+0,01%).

Avec 46 000 immatriculations supplémentaires de véhicules particuliers, on estime que le parc de voitures électriques en circulation en Europe s'élève désormais à environ 253 000 unités pour plus de 40 000 utilitaires électriques.


La France détrône la Norvège sur le marché du véhicule électrique !


Carlos Ghosn l'avait déjà annoncé dès le mois de mars. Depuis, la tendance s'est confirmée : la France est bien repassée devant la Norvège sur les volumes d'immatriculations de véhicules électriques, avec 15 068 nouvelles mises à la route sur le 1er semestre 2016 (+49%) contre 12 216 pour le pays scandinave.

La Norvège enregistre même pour la première fois une baisse de 12,4% sur les six premiers mois de l'année, compensée par une très forte progression du segment de l'hybride rechargeable. Selon l'association Elbil, cet effet de vases communicants s'explique par la diversification des modèles plug-in hybrid, tandis que les prochains véhicules 100% électriques, à l'autonomie accrue, bénéficient déjà d'une bonne visibilité auprès des consommateurs, pouvant ainsi retarder leur passage à l'acte.

Néanmoins, toutes les immatriculations de véhicules électriques ne se valent pas. Elles pèsent bien plus en Norvège qu'en France, puisque l'électrique s'y octroie 13% de parts de marché contre 1,1%. dans l'Hexagone.


Le Royaume-Uni repasse de son côté en troisième position avec 5 609 immatriculations (+9,6%) juste devant l'Allemagne qui n'en totalise que 5 265 (+6,1%). Il est probable que l'arrivée d'une aide à l'achat sur les véhicules électriques ait généré un effet d'attente chez les clients potentiels, qui devrait désormais disparaître avec l'entrée en vigueur de la mesure. Notons qu'à eux seuls, ces quatre pays représentent plus de 75% des livraisons de véhicules électriques en Europe en 2016.

Parmi le reste du marché européen, l'Autriche se distingue particulièrement. La réforme de la taxation des véhicules d'entreprise intervenue au début de l'année s'est faite à la faveur du véhicule rechargeable, d'où une progression spectaculaire de 138% pour 1,1% de parts de marché.

A l'inverse, le Danemark signe un contre-exemple. Le gouvernement danois a décidé à partir de 2016 d'assujettir progressivement les véhicules électriques à la taxe d'immatriculation. Les conséquences ont été immédiates : -78% sur le 1er semestre avec seulement 271 immatriculations. Cela atteste du fait qu'accompagner le marché du véhicule électrique dans sa phase de maturation est crucial pour que sa croissance soit durable.


La Renault ZOE en tête des ventes


La Renault ZOE offre à la France une deuxième satisfaction. La citadine garde en effet selon le classement de l'Observatoire européen des carburants alternatifs (EAFO) la première place sur le podium des véhicules électriques préférés des Européens. Elle enregistre 11 790 immatriculations et devance la Nissan LEAF qui en totalise 11 117.

Illustration : © Droits réservés
Graphique : © Avere-France

Permalien :