Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

A la rencontre des territoires électromobiles : Strasbourg, la mobilité électrique transfrontalière

Strasbourg, anciennement "communauté urbaine" et récompensée à l'occasion des Trophées des Territoires Électromobiles de 2010 pour ses efforts en matière d'électromobilité est devenue depuis 2015 une « Eurométropole ». Le caractère transfrontalier est désormais prépondérant dans ses politiques de soutien à la mobilité électrique. Comment organiser ce procédé ? Céline Oppenhauser, Chef de projets innovants auprès de la Direction de la Mobilité et des Transports à Ville et Eurométropole de Strasbourg, nous éclaire sur la question.
A la rencontre des territoires électromobiles : Strasbourg, la mobilité électrique transfrontalière


L'Avere-France a créé en 2010 les Trophées des Territoires Electromobiles pour récompenser les collectivités territoriales et les syndicats d'énergies au regard de leur engagement en faveur de la mobilité électrique. Cette année, les Trophées des Territoires Electromobiles seront remis aux lauréats le 13 décembre au Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer. L'événement est organisé en partenariat avec Bemobi, La Caisse des dépôts, EDF, GIREVE, le Groupe La Poste, Mobivia Groupe, Polis, Renault et l'UGAP.

En anticipant la remise de prix, l'Avere-France souhaite faire le point avec les lauréats des éditions précédentes pour valoriser leurs avancées et apprécier leur engagement. Nous rencontrons cette semaine Céline Oppenhauser, Chef de projets innovants auprès de la Direction de la Mobilité et des Transports auprès del' Eurométropole de Strasbourg.


Avere-France : Lorsque Strasbourg a été récompensé en 2010, vous projetiez l'installation d'un réseau de bornes de recharge. Où en êtes-vous aujourd'hui ? Comment accompagnez-vous le développement du marché du véhicule électrique ?

Céline Oppenhauser : Nous avons ajouté une dizaine de bornes de recharge supplémentaires en gestion publique portant le total à 42 pour l'ensemble de l'Eurométropole. Ce sont des bornes en charge accélérée. Elles complètent parfaitement l'offre en charge lente existante.

D'autre part, les véhicules électriques sont pour nous l'avenir en ville : ils sont compatibles avec les enjeux des derniers kilomètres, avec les aspirations des citoyens. C'est un maillon de la chaîne multi-modale. Depuis deux ans nous assistons à l'arrivée d'opérateurs privés, principalement dans les parkings en ouvrage. Je peux vous citer par exemple Freshmile, qui est une start-up strasbourgeoise dans les parkings de la société Parcus ou bien Sodetrel qui installe des bornes dans les parkings Indigo – représentant une quinzaine de bornes au total. Cela permet d'offrir une couverture large en infrastructures de recharge sur l'ensemble des offres de stationnement sur le territoire de l'Eurométropole de Strasbourg.


Comment l'Eurométropole travaille-t-elle sur les questions de mobilité transfrontalière en véhicule électrique ? Y a-t-il une coopération avec l'Allemagne notamment sur les questions d'interopérabilité d'accès à la recharge ?

Nos nouvelles bornes sont accessibles dans un contexte transfrontalier puisque les usagers français et allemands peuvent s'y charger. Nous avons bénéficié d'un projet expérimental CROME (Cross'boarder mobility for electrical vehicle) qui a permis de travailler à la standardisation des prises de charge et surtout de déployer le premier corridor de charge interopérable et transfrontalier depuis Sarreguemines à Fribourg. L'objectif de ce projet a été de mettre en place un réseau fiable et simple d'utilisation pour les conducteurs de voitures électriques entre l'Allemagne et la France.


Quelles conclusions pouvez-vous tirer de l'expérimentation des projets CRISTAL-CATS et KLEBER-VHR dans le cadre du programme "Strasbourg, laboratoire européen" de soutien aux mobilités innovantes ?

Le projet CATS (City Alternative Transport System) a permis de tester en voirie ouverte les premiers véhicules autonomes et électriques. Il a fait circuler une navette Navya 100 % électrique et sans chauffeur qui peut accueillir jusqu'à 8 personnes.

Nous avons également mis en œuvre le projet Kleber, une expérimentation menée sur 3 ans de 70 - 100 véhicules hybrides rechargeables Toyota Prius partagés sur un réseau de 145 points de charge répartis dans l'ensemble de l'agglomération. Que ce soit pour le projet CATS ou KLEBER, les tests ont démontrés la grande appétence des concitoyens autour de ces sujets.

CRISTAL sera la prochaine expérimentation strasbourgeoise de transport public. Ce véhicule également électrique est bi-modal puisque à double usage : il permet le transport individuel (mode libre-service) ou collectif (mode navette) selon l'évolution de la demande de mobilité dans le temps et l'espace. La démonstration grand public devra avoir lieu au courant de l'année 2017.


Illustration : © Strasbourg Eurométropole

A lire également


Retrouvez le second portrait de notre deuxième vague d'interviews des anciens lauréats des Trophées des Territoires Electromobiles : la Ville d'Arras > http://www.avere-france.org/Site/Article/?article_id=6777

Permalien :