Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

Strasbourg : un appel à initiatives pour développer les IRVE et de nouvelles mesures pour favoriser les véhicules électriques de livraison

L'Eurométropole de Strasbourg vient de lancer un appel à initiatives pour encadrer le déploiement de réseaux de recharge privés pour véhicules électriques. Le conseil municipal a par ailleurs entériné plusieurs mesures favorisant l'accès à l'hyper-centre des véhicules électriques et GNV de livraison.
Strasbourg : un appel à initiatives pour développer les IRVE et de nouvelles mesures pour favoriser les véhicules électriques de livraison

Organiser l'attribution des titres d'occupation du domaine public pour les IRVE

L'Eurométropole de Strasbourg a publié le 7 novembre un Appel à Initiatives Privées (AIP) qui s'adresse aux aménageurs d'infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Cet AIP n'est ni une procédure de marché public, ni une délégation de service public. Il vise à coordonner l'implantation des bornes de recharge en encadrant l'attribution aux aménageurs des titres d'occupation du domaine public (autorisation et/ou convention).

L'occupation de la voirie publique routière est en effet soumise à redevance métropolitaine, au titre d'une Permission de Voirie (comportant travaux et emprise au sol). L'instruction des demandes d'implantation vaudra pour une durée de 3 à 7 ans, selon l'intérêt des propositions, précise la métropole. Le délai de réception des offres est quant à lui fixé au 5 janvier 2018.

L'agglomération strasbourgeoise veut ainsi organiser les projets privés de déploiement des IRVE, pour s'assurer que l'usager trouve l'offre adaptée à ses besoins : charge principale à proximité de son domicile, dans les zones d'activités et commerciales, autour des pôles générateurs de flux (hubs multimodaux, hôpitaux), ou encore dans les zones urbaines denses.

L'objectif de couverture est estimé par la collectivité à 250 points de charge accessibles au public. Elle s'est basée à la fois sur l'analyse de marché national du véhicule électrique, ses propres retours d'expériences, la comparaison avec d'autres métropoles et des données cartographiques fines.



Avec cet AIP, Strasbourg poursuit ses efforts dans le développement des infrastructures de recharge engagés depuis 2011, en sortant du caractère expérimental de ses précédents projets. Ils avaient permis jusque là d'installer 50 points de charge gratuits : 24 accessibles au public sur voirie, 20 dans les parkings en ouvrage et 6 d'initiatives autres (communes, concessionnaires automobiles, grandes surfaces, etc.). Malheureusement, la plupart de ces bornes sont aujourd'hui vieillissantes.

Avec cette nouvelle initiative, l'eurométropole alsacienne souhaite s'inscrire dans la perspective de la loi TECV (transition énergétique pour la croissance verte) qui fixe comme objectif national 7 millions de points de rharge publics et privés à l'horizon 2030.

Pour plus d'informations, l'appel à initiatives est disponible jusqu'au 5 janvier sur la plateforme https://alsacemarchespublics.eu.


Des mesures favorisant l'utilisation des véhicules électriques et GNV de livraison à partir du 1er septembre 2018

La ville a également décidé de soutenir le développement de l'électromobilité dans un autre domaine, celui de la logistique urbaine, afin d'en diminuer l'impact environnemental.

Les émissions attribuées aux activités de livraison sont en effet estimées par la municipalité à près de 34 000 tonnes de CO2 par an sur l'agglomération strasbourgeoise, dont 17% sur le centre-ville.

Strasbourg l'explique d'une part par l'éloignement des plates-formes logistiques, et d'autre part, par la multiplication des livraisons réalisées par plusieurs prestataires auprès d'un seul destinataire. Cela contribue en effet à l'augmentation des kilomètres générés.

Pour réduire ces émissions, le conseil municipal a donc voté le 23 octobre dernier une série de mesures favorisant l'utilisation des véhicules électriques et GNV de livraison.



Il a également entériné la sortie progressive des utilitaires roulant au diesel de son centre-ville. L'objectif de la métropole est d'atteindre 100% de livraisons « propres » en septembre 2022.

Concrètement, et à partir du 1er septembre 2018, la ville a décidé de mettre en place sur l'ensemble du territoire de la Grande Île, situé dans l'hyper-centre :

- l'harmonisation des règles de circulation et de stationnement des véhicules de livraison,

- l'introduction d'une heure supplémentaire de circulation et de stationnement des véhicules de livraison pour les véhicules électriques et GNV entre 10h30 et 11h30,

- le passage de la fin des livraisons autorisées pour les véhicules non électriques et GNV de 11h00 actuellement à 10h30,

- la limitation des tonnages maximum autorisés à 7,5t de PTAC (sauf dérogations),

- l'interdiction des véhicules diesel de livraison sans pastilles Crit'Air et pastilles Crit'Air 5.

Dès le 1er septembre 2019, ces mesures seront complétées par l'interdiction de circuler des véhicules de livraison aux pastilles Crit'Air 4. La collectivité prévoit enfin une interdiction totale d'accès à l'ellipse insulaire pour les véhicules diesel de livraison à l'horizon 2021-2022.

Pour la ville, la généralisation du dispositif des pastilles Crit'Air permettra d'assurer le contrôle de ces mesures.

En savoir plus : Lire la délibération du Conseil Municipal de Strasbourg du 23 octobre 2017

Permalien :