Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

Le gouvernement double la prime à la conversion pour les ménages les plus modestes

Face à l’augmentation du prix des carburants, le Premier Ministre a annoncé plusieurs mesures d’accompagnement dont une évolution de la prime à la conversion à destination des ménages les plus modestes et des grands rouleurs du quotidien. En 2019, elle devrait atteindre 5 000 euros pour l’achat d’une voiture électrique, neuf ou d’occasion. Une décision saluée par l'Avere-France.
Le gouvernement double la prime à la conversion pour les ménages les plus modestes

Pour permettre au plus grand nombre de Français, et surtout aux foyers les plus modestes, de s'engager dans la transition écologique en s'équipant en véhicules plus propres, le gouvernement vient d'annoncer de nouvelles aides à la mobilité.


Une prime à la conversion doublée


A partir du 1erjanvier 2019, le gouvernement devrait offrir une « surprime » à la conversion pour les 20 % des Français les plus modestes, soit près de 5,8 millions de personnes concernées, ainsi que les actifs non imposables (salariés ou indépendants) parcourant plus de 60 kilomètres par jour pour leurs trajets domicile-travail.

Pour eux, la prime à la conversion 2019 devrait atteindre 4 000 euros pour l'achat d'un véhicule thermique Crit'Air 1 ou 2, qu'il soit neuf ou d'occasion, et 5 000 euros pour un modèle électrique ou hybride rechargeable, neuf ou d'occasion. Cette aide restera cumulable avec le bonus écologique dont le montant devrait rester de 6 000 euros.


220 000 primes à la conversion demandées en 2018


Alors que le gouvernement s'était fixé un objectif de 100 000 primes à la conversion versées par an, plus de 220 000 aides ont déjà été accordées depuis le début de l'année. L'ouverture du dispositif aux automobiles d'occasion et le doublement de l'aide pour les ménages non imposables, qui représentent 70 % des bénéficiaires, expliquent son succès.En effet, les véhicules d'occasion concernent 1 ménage sur 5 contre 1 sur 28 pour les modèles neufs. Avec 39 millions de véhicules circulant en France, dont 23 millions roulant au diesel, l'aide a été un élément déclencheur pour inciter les Français à abandonner leurs vieux véhicules polluants pour des modèles plus propres.

L'Avere-France salue la décision du gouvernement de bonifier la prime à la conversion pour les ménages les plus modestes qui, grâce à cette aide, peuvent se tourner vers des véhicules plus propres. Cependant, il est regrettable que depuis janvier 2018, 47 % des demandes de prime aient concerné des voitures diesel contre 7 % d'électrique.

Le gouvernement espère que les Français continueront de bénéficier du dispositif puisque l'objectif de 500 000 primes versées à la fin du mandat présidentiel a été relevé à un million.


Des aides complémentaires pour les déplacements du quotidien


En 2019, de nouvelles aides viendront réduire le coût des déplacements pour les Français. Ainsi, une hausse du barème des indemnités kilométriques sera appliquée aux « grands rouleurs » conduisant des véhicules de 3 et 4 chevaux. Un forfait covoiturage, d'un montant de 200 euros par an, sera également mis en place afin d'exonérer de cotisations sociales les entreprises qui remboursent les frais de covoiturage de leurs salariés. Enfin, les aides des collectivités territoriales, tels les chèques carburants distribués dans les Hauts-de-France, versées aux actifs qui parcourent de longues distances pour se rendre sur leur lieu de travail seront exonérées d'impôt sur le revenu.



Illustrations : Gouvernement.fr

Permalien :