Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Le Parlement européen s’engage pour le développement des camions à faibles émissions

Réunis en plénière à Strasbourg, les députés européens ont validé un objectif de réduction de CO2 des poids-lourds neufs de 35 % d’ici 2030. Une proposition qui prévoit également des quotas de ventes pour les camions à zéro ou faibles émissions qui devront représenter 20 % des nouvelles immatriculations d’ici 2030.
Le Parlement européen s’engage pour le développement des camions à faibles émissions

Aujourd'hui responsables d'environ un quart des émissions de CO2 du transport routier en Europe, les poids-lourds vont pour la première fois être soumis à des obligations de réduction de CO2.

Voté par les députés du Parlement européen à 373 voix pour et 285 voix contre, le texte prévoit une baisse des émissions de CO2des poids-lourds neufs de 20 % d'ici 2025 et de 35 % d'ici 2030 par rapport à celles de 2019. Un objectif plus ambitieux que celui de la Commission européenne qui, dans son texte de mai 2018, proposait 30 % de réduction d'ici 2030.


Des quotas pour les camions à zéro et à faibles émissions


Autre mesure adoptée par les députés européens : celle de l'instauration de quotas pour les camions à zéro et à faibles émissions émettant moins de 50 gCO2/kilomètre. Selon le texte voté par le Parlement, ces derniers devront représenter 5 % des ventes en 2025 et 20 % en 2030.

Afin de mieux cibler les technologies les plus efficientes, la publication d'un rapport destiné à évaluer les émissions de CO2produites par les poids-lourds tout au long de leur cycle de vie est également prévue. A paraitre en 2022, cette étude pourrait à terme aboutir à des obligations de déclaration pour les constructeurs.

« Pour la première fois dans l'histoire européenne, nous réglementons les émissions de CO2des poids-lourds. Le secteur connaît une croissance rapide, de même que ses émissions. Nous sommes convenus de relever l'ambition par rapport à ce que propose la Commission, ce qui est possible avec les technologies existantes. Nous devons également nous préparer à de nouvelles technologies, et c'est pourquoi nous proposons ce mandat à émissions nulles et faibles, afin de pousser le marché vers de nouvelles technologies » a déclaré Bas Eikhout, eurodéputé néerlandais écologiste et rapporteur du dossier.

Un texte qui doit à présent faire l'objet de de négociations entre le Parlement et le Conseil des ministres des transports en vue de son adoption définitive.


Illustration : Daimler

Permalien :