Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent

BFCME s’intéresse aux usages et attentes des conducteurs de véhicules électriques

L’association régionale Bourgogne-Franche-Comté Mobilité Electrique a réalisé un sondage auprès de conducteurs de voitures électriques pour faire le constat de leurs besoins et de leurs attentes. Une étude pleine d’enseignements.
BFCME s’intéresse aux usages et attentes des conducteurs de véhicules électriques

Près de 250 conducteurs de voitures électriques ont répondu à l'appel de l'association régionale Bourgogne-Franche-Comté Mobilité Electrique. Afin de comprendre leurs attentes et leurs besoins, ils ont accepté de répondre à une trentaine de questions sur deux thématiques principales : les usages et la recharge.

Nouveaux conducteurs ou pionniers de la mobilité électrique, le questionnaire a suscité un vif intérêt d'une communauté désireuse de s'exprimer. Un sondage qui est même allé bien au-delà des limites de la région puisque 80 % de répondants étaient situés en dehors du territoire. Une situation expliquée par les associations d'utilisateurs qui ont été nombreuses à relayer l'information et à inviter leurs adhérents à y répondre.


La voiture principale pour 60 % des sondés


Alors que les Français parcourent en moyenne 29 kilomètres chaque jour d'après le sondage « Les Français et la mobilité électrique » de septembre 2018, 54 % des sondés affirment rouler quotidiennement 50 kilomètres au maximum.

Il n'est ainsi pas étonnant de lire que près de 6 répondants sur 10 affirment que leur véhicule électrique est leur voiture principale, alors qu'il est souvent d'usage de l'associer au second véhicule du foyer.


Les bornes de recharge publiques pointées du doigt


Concernant la recharge, elle s'effectue majoritairement au domicile pour 70 % des répondants.

Hors du domicile, 90 % affirment avoir déjà eu recourt à une borne publique. Parmi eux, près de 70 % se déclarent insatisfaits du réseau existant.

Les causes citées sont nombreuses. En premier lieu, 16 % dénoncent la trop grande diversité des badges et autres moyens d'accès alors que la carte bancaire a la préférence de près de 70 % des sondés. En effet, alors que les points de recharge installés après la parution du décret de janvier 2017 doivent être interopérables, ceux installés avant ce texte ne le sont pas forcément.

Autre point soulevé, la disponibilité des bornes. Ainsi, 15 % des sondés soulignent le manque de points de recharge sur le territoire, précisant qu'elles sont parfois difficilement trouvables. Au niveau local, 74 % des répondants estiment leur département insuffisamment équipé. A cela s'ajoutent les places dédiées à la recharge occupées par des véhicules thermiques et les bornes en panne (12 % des réponses pour chaque item).


Prêts à payer, sous conditions…


Une large majorité des sondés indique être prête à payer l'accès aux bornes de recharge mais sous réserve que le prix reste raisonnable ou qu'il reflète la qualité du service offert.

En premier lieu, 73 % des répondants souhaiteraient un prix fixé au kilowattheure et non à la minute. Une possibilité qui pourrait voir le jour si elle est adoptée dans le cadre du projet de loi d'orientation des mobilités.

Concernant les tarifs, 70 % des sondés proposent un prix allant de 1 à 2 euros/100 km sur une borne de recharge dite « normale », tandis que 30 % évoquent une fourchette de 3 à 5 euros pour une borne « accélérée ». Pour les bornes rapides, 70 % des sondés sont prêts à payer jusqu'à 5 €/100 km. Pour éviter les voitures-ventouses, les automobilistes proposent une tarification évolutive en fonction du temps de recharge et la mise en place de pénalités si le conducteur ne libère pas la place une fois la batterie chargée. Une idée intéressante mais qui demandera beaucoup de pédagogie de la part des opérateurs de recharge.


Maintenir une qualité de service élevée


Tarification fonction de la puissance, interopérabilité, remise en service des bornes en panne : les résultats de cette enquête rappellent aux opérateurs de recharge l'importance de maintenir une qualité de service élevée sur les bornes accessibles en voirie, qualité que les automobilistes se disent aujourd'hui prêts à payer.


Illustration : Nissan

En savoir plus sur ce sondage

Permalien :