Etude : Pourquoi investir dans des véhicules bas carbone en neuf leçons

Moins de gaz à effet de serre et de pollution, une économie moins dépendante du pétrole, plus d'emploi... L'European Climate Foundation et ses partenaires ont présenté une étude chiffrant les bénéfices économiques et environnementaux de l'investissement dans des véhicules à faibles émissions. De sérieux arguments en faveur des véhicules hybrides et électriques qui devraient trouver écho lors de la COP21.
Etude : Pourquoi investir dans des véhicules bas carbone en neuf leçons

Présenté par un panel d'industriels et d'associations, le rapport a pour objectif d'évaluer les coûts économiques et environnementaux de la décarbonisation des véhicules en France. Pour ce faire, les cabinets en charge de l'étude, Element Energy et Artelys ainsi que Cambridge Econometrics, ont retenu trois scénarios différents de développement du marché automobile en France :

  • un scénario de référence qui exclut toute amélioration technologique après 2015
  • un scénario standard qui suit la législation européenne selon laquelle les émissions des voitures neuves immatriculées après 2021 doivent être inférieures à 95 g de CO2 par km.
  • un scénario ambitieux bas carbone qui envisage que les véhicules émettent moins de 84 g de CO2 par km en 2020, 45 g/km en 2030 et 9 g/km en 2050.

Sur ce dernier scénario, l'étude retient sur le marché automobile le mix suivant :

  • 20% des ventes en hybride et 5% en électrique en 2020
  • 42% d'hybrides, 30% de rechargeables et 7% d'hydrogène en 2030



Bénéfices écologiques


1. Le passage aux technologies bas-carbone réduirait de manière substantielle les émissions de CO2 de 40%, de nitrates de 72%, et de particules fines de 92% en 2030 par rapport au niveau de 1990. L'étude signale néanmoins que pour parvenir à contenir le réchauffement de la planète à moins de 2 degrés, il faudrait qu'aux alentours de 2035, toutes les ventes de nouveaux véhicules soient quasi-intégralement zéro émission à l'échappement…

2. Sur la base de ces chiffres, le rapport estime que les bénéfices pour la santé associés à une meilleure qualité de l'air se chiffreraient à environ 5,1 milliards d'euros pour l'économie française en 2030.

3. Les véhicules, quels que soient leur motorisation, bénéficieront d'une meilleure efficacité sur le plan énergétique en réduisant leur poids, la résistance au roulement et en améliorant l'aérodynamique. Une étude a démontré qu'une réglementation favorable à l'allègement des véhicules permettrait de réduire de 16% le cout total nécessaire pour atteindre les normes européennes d'émissions de CO2 sur la période 2020-2030. De tels investissements ne pourront dans le cas du véhicule électrique qu'améliorer son autonomie.


Une opportunité pour les énergies renouvelables


4. Avec les capacités de production d'électricité actuelles, il est possible d'intégrer jusqu'à 4 millions de véhicules électriques. Un chiffre qui peut être quintuplé dès lors que les infrastructures de recharge intègrent une gestion intelligente de l'énergie. L'étude montre qu'il y a tout intérêt à investir dès maintenant dans ce type de solutions de recharge puisque les coûts sur dix ans sont nettement inférieurs à ceux liés au renforcement du réseau tout en garantissant 125 millions d'euros de bénéfices pour le système énergétique. Aujourd'hui, on estime que le parc de véhicules particuliers et utilitaires électriques en circulation en France avoisine les 60 000 unités. Il y a donc une grande marge disponible pour le développement du marché tout en garantissant la possibilité de réduire la part du nucléaire dans le mix électrique français.



5. Le développement des véhicules bas-carbone et notamment électriques faciliterait l'évolution vers un mix électrique plus décarboné, qui comprendrait davantage d'énergies renouvelables. En effet, dans l'hypothèse où l'on développe le pilotage intelligent de la recharge, il serait alors possible d'étendre les consommations du matin pour capter les surplus de production d'énergie photovoltaïque et celles de la soirée vers la nuit pour utiliser l'énergie émise par les éoliennes.


Bénéfices économiques


6. Le passage à des véhicules bas carbone permettrait de créer en 2030 entre 66 000 et 71 000 emplois, que ce soit dans l'ingénierie pour améliorer les performances environnementales des véhicules, dans leur maintenance ou encore le recyclage des matériaux en fin de vie. Selon une étude de l'Observatoire Paritaire de la Métallurgie, les compétences nécessaires se situent aux niveaux BAC +3 et BAC +5. Cela étant, le rapport met en garde que le développement de ces nouveaux emplois devra s'accompagner de programmes de formation ou de reconversion dans les métiers des technologies qui ont actuellement cours.

7. Si le coût à l'achat d'un véhicule bas carbone restera plus cher en 2020 qu'un thermique classique, le coût total de propriété d'une voiture électrique sera à parité par rapport à celui d'une voiture conventionnelle dès 2025. Un sondage montre également que le consentement à payer des futurs utilisateurs est plus fort lorsqu'il s'agit d'acquérir un véhicule plus vertueux.

8. La facture française de pétrole s'allégera de 5,9 milliards d'euros par an en 2030 dans la perspective du scénario bas carbone, soit 41% de moins que dans le cas où aucun investissement ne serait fait sur ces technologies.

9. Le scénario bas-carbone prévoit un gain d'entre 0,2 et 0,4 point de PIB en 2030 grâce à la réduction des dépenses en pétrole et diesel et aux investissements pour développer les filière électricité et hydrogène. Restera pour l'Etat un manque à gagner de 8,9 milliards d'euros de taxes sur les carburants en 2030 qui pourrait être compensée, selon l'étude, par une hausse de la TVA.

L'ensemble de ces arguments ont été présentés devant un parterre de décideurs politiques. Pour Jean-Philippe Hermine, directeur stratégie et plan environnement de Renault, l'objectif de la démarche est non pas demander "d'imposer des limites de 45 g de CO2/km d'ici 2030 mais plutôt de favoriser les véhicules bas-carbone, par des aides financières, par des avantages en termes de circulation et de parking et par le développement des infrastructures".


Télécharger l'étude complète


Illustration : © Droits réservés

Permalien :