Baromètre mensuel : progression globale du marché du véhicule électrique malgré une légère baisse en novembre

Depuis le début de l'année 2019, le marché du véhicule léger électrique a progressé de + 30 % malgré une légère baisse en novembre (- 16 %). L’hybride rechargeable continue de progresser : + 80 % en novembre, + 31 % depuis le début de l’année.
Baromètre mensuel : progression globale du marché du véhicule électrique malgré une légère baisse en novembre

Retrouvez l'ensemble des données du baromètre Avere-France en cliquant ici


En novembre, 3 807 véhicules légers électriques ont été immatriculés soit une baisse de - 16 % par rapport à novembre 2018. Le recul du marché du véhicule particulier électrique (- 10 %) semble s'expliquer par plusieurs facteurs : le lancement de 3 services d'autopartage électrique à Paris sur les derniers mois de 2018, un effet d'attente pour les nouveaux modèles prévus au premier semestre 2020 et une baisse du nombre de jours de marché.

Cela impacte à la marge la hausse observée depuis le début de l'année : avec 45 431 immatriculations enregistrées, le marché continue de progresser et enregistre un bon de + 30 %.

Le segment de l'hybride rechargeable est en forte progression avec 2 337 immatriculations soit une hausse de + 80 %.

« Le recul des immatriculations en novembre est lié à plusieurs facteurs. Rappelons-nous qu'en décembre 2018, le Groupe PSA a lancé son service d'autopartage Free2Move à Paris, après Renault et avant Car2Go (aujourd'hui Share Now) et donc fortement boosté les immatriculations. Aussi, plusieurs nouveaux modèles doivent être lancés au cours des premiers mois de 2020 ce qui naturellement provoque un effet d'attente. Nous sommes cependant préoccupés par l'évolution des immatriculations de véhicules utilitaires qui n'ont progressé que de + 2 % depuis le début de l'année et plus globalement par le ralentissement qui se fait sentir hors Europe. Alors que la loi d'orientation des mobilités fixe des objectifs de verdissement des flottes, assurons-nous que les moyens, notamment les dispositifs de soutien, soient bien mis en face pour les atteindre » analyse et commente Cécile Goubet, Déléguée Générale de l'Avere-France.
Permalien :