Association nationale pour le développement de la mobilité électrique
Espace Adhérent
Mon compte
Mot de passe oublié
Nouvel adhérent
Devenir adhérent
Bannière

Points de recharge : l’ACEA dénonce une Europe à deux vitesses

Selon l’association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), les Etats membres ne sont pas en phase sur les déploiements des points de recharge. Une disparité de nature à freiner considérablement le développement du marché.
Points de recharge : l’ACEA dénonce une Europe à deux vitesses

Dans le domaine des infrastructures de recharge, tous les pays européens n'avancent pas à la même vitesse. C'est ce que révèle un nouveau rapport de l'ACEA qui pointe du doigt une Europe à deux vitesses. Selon les dernières statistiques publiées par l'association, 70 % de l'ensemble des points de recharge déployés au sein de l'Union Européenne sont concentrés sur seulement trois pays d'Europe occidentale : les Pays-Bas (29,7 % - 66 665), la France (20 .4 % - 45 751*) et l'Allemagne (19.9 % - 44 538). Ces trois pays ne représentent pourtant que 23 % de la superficie européenne. Au final, les 30 % d'infrastructures restantes sont dispersées sur les 77 % restants du continent.

La démarcation est particulièrement visible entre les pays les plus riches et ceux dont le PIB est beaucoup plus faible. Pourtant six fois plus grande que les Pays-Bas, la Roumanie ne compte aujourd'hui que 493 points de recharge. Même constat en Pologne et en Espagne qui, malgré leurs superficies, ne concentrent que 0,8 et 3,3 % de l'ensemble des points de recharge déployés sur le continent.

L'écart se creuse même entre les pays les plus riches. Classée 4e du classement européen, l'Italie ne représente que 5,8 % de l'ensemble des points de recharge installés (13 073) là où l'Allemagne, classée 3e, représente près de 20 % des installations (44 538).

« Ce déploiement inégal des infrastructures de recharge est évident depuis que l'ACEA a commencé son analyse annuelle en 2018. Sans action décisive immédiate, il est peu probable que cela s'améliore dans les années à venir » prévient l'association dans un nouveau communiqué. « Le moment est venu pour les gouvernements de toute l'Europe d'accélérer dans la course à une mobilité plus verte » a déclaré Eric-Mark Huitema, directeur général de l'ACEA.



Transformer la directive AFI en règlement


Alors que la Commission européenne se prépare à réviser la directive sur les infrastructures de carburant alternatif (AFI), ce nouveau rapport de l'ACEA exhorte une nouvelle fois les instances européennes à imposer aux Etats membres des objectifs contraignants. En ce sens, un courrier commun a été adressé à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Outre l'ACEA, le document a été signé par plusieurs associations, dont l'Avere Europe et l'ONG Transport & Environment, et des acteurs industriels.

« Nous écrivons pour demander à la Commission européenne de transformer la directive actuelle sur les infrastructures pour les carburants alternatifs (AFID) en un règlement ambitieux visant à garantir une montée en puissance rapide des infrastructures de recharge et de ravitaillement en hydrogène, ainsi que des objectifs nationaux contraignants pour tous les véhicules routiers » ont déclaré les différentes parties prenantes dans un courrier commun adressé à la Commission Européenne. « Une révision de l'AFID sous la forme d'une nouvelle directive ne peut pas fournir le bon cadre car elle perpétuerait le patchwork actuel de différentes interprétations, mises en œuvre et exigences nationales » ont-elles justifié.

Alors que les véhicules électriques ont représenté 14 % des immatriculations au premier trimestre 2021 en Europe, la transformation de la Directive AFI permettrait d'accélérer les déploiements. Selon les signataires, un règlement pourrait permettre de fixer des objectifs aux Etats membres dès 2025. A l'inverse, le maintien d'une directive repousserait l'échéance à 2030 et maintiendrait les disparités entre les Etats membres.

Selon les derniers calculs réalisés par l'ACEA, quelque 6 millions de points de charge publics devront être déployés en Europe d'ici 2030 pour tenir l'objectif de baisse des émissions de CO2 imposé aux constructeurs. L'Europe ne comptant aujourd'hui que 225 000 points de recharge en activité, le chantier est colossal.

Top 5 : pays avec le PLUS de points de recharge

1. Pays-Bas (66.665)
2. France (45 751*)
3. Allemagne (44 538)
4. Italie (13 073)
5. Suède (10 370)

Top 5 : pays avec le MOINS de points de recharge

1.Chypre (70)
2.Malte (96)
3.Lituanie (174)
4.Bulgarie (194)
5.Grèce (275)

Consulter le courrier de l'ACEA

*L'écart entre les données publiées par l'ACEA et celles publiées par l'Avere-France en partenariat avec GIREVE, s'explique par une différence de traitement. L'ACEA agrège diverses sources avec des périmètres variables fonction des traitements propres à chaque Etat Membre. Cela implique potentiellement une comptabilisation différente des points de recharge ouverts au public selon la définition du décret n°2021-546 relatif aux infrastructures de recharge pour véhicules électriques.

Permalien :