En Ile-de-France, le nombre de bornes de recharge va tripler d’ici 2023

La région Ile-de-France a voté son Plan de développement de l'électromobilité. Ambitieux, celui-ci compte porter à 12 000 le nombre de bornes de recharge disponibles sur le territoire francilien d’ici 2023. Pour cela, la région prendra à sa charge jusqu’à 2 500 euros par point de recharge.
En Ile-de-France, le nombre de bornes de recharge va tripler d’ici 2023

Un tiers des déplacements en Ile-de-France s'effectue aujourd'hui en voiture. Dans le cadre de son projet de révolution des transports, la région Ile-de-France s'engage à la rendre plus vertueuse et souhaite accompagner le développement de la mobilité électrique. La région a ainsi annoncé le lancement d'un plan ambitieux en faveur des infrastructures de recharge.

Jugées indispensables pour la filière, celles-ci vont bénéficier d'un soutien massif de la part des autorités régionales. « Alors qu'on dénombre 4 000 bornes aujourd'hui en Île-de-France, l'objectif est d'en avoir 12 000 d'ici 2023 » chiffre le conseil régional d'Ile-de-France.


Mise en place d'un label régional pour les bornes de recharge ouvertes au public


Afin d'assurer la connaissance des réseaux de recharge, la région Ile-de-France prévoit la réalisation d'une cartographie permettant d'afficher l'état du réseau en temps réel. En centralisant l'information, la région souhaite rendre plus visible le maillage des différents opérateurs et garantir l'utilisation des bornes.

La politique régionale prévoit également la création d'un label régional pour les infrastructures de recharge visant à assurer une qualité de service minimale aux usagers. Celui-ci permettra de distinguer les bornes ouvertes au public en bon état de service et accessibles à des « conditions tarifaires raisonnables ».

La qualité de service est un enjeu majeur bien compris par la région. En effet, des garanties de maintenance et de disponibilité devront être apportées pour pouvoir bénéficier du label régional. Ainsi, le temps en défaut d'une station de recharge ne pourra dépasser 8 jours cumulés par an et le taux de réussite de la charge devra atteindre 95 % sur un an.

Concernant la maintenance, les stations de recharge concernées devront bénéficier d'un contrat de maintenance sur toute la durée de la labellisation. Les anomalies liées à l'accès à la recharge, le verrouillage ou le déverrouillage du connecteur pouvant être corrigées par téléopération devront l'être dans un délai de 15 minutes. Pour les autres anomalies de matériel, le délai est porté à 5 jours ouvrés. Un centre d'appel téléphonique devra être disponible 24h/24 et 7j/7 pour permettre à l'utilisateur de contacter l'opérateur.


Une aide au déploiement des IRVE cumulable avec ADVENIR


La région annonce également la mise en place d'un dispositif de subventions pour les collectivités territoriales, l'Etat et les établissements publics déployant des infrastructures de recharge. Une première enveloppe de 4 millions d'euros devrait ainsi être consacrée au financement de 5 000 points de recharge supplémentaires. « L'idée, c'est d'avoir une véritable stratégie territoriale, qui fédère tous les acteurs. Nous proposons de subventionner les collectivités à hauteur de 50 % les travaux et les études pour créer de nouvelles bornes », détaille Grégoire de Lasteyrie, maire de Palaiseau (Essonne) et délégué spécial aux nouvelles mobilités au conseil régional.

La réalisation d'études d'élaboration de documents stratégiques, couvrant les diagnostics territoriaux et une stratégie à long terme, est ainsi prise en charge à hauteur de 50 % par la région.

Concernant le matériel, les dépenses éligibles couvrent la fourniture, l'installation, les frais de raccordement et de mise en service. La mise à niveau des points de recharge, par exemple pour les bornes ex-Autolib', est également éligible. Le montant de l'aide pourra atteindre 50 % par point de recharge normale avec un plafond fixé à 2 500 euros. Du côté de la charge rapide, seules les bornes situées sur ou à proximité immédiate du réseau routier d'intérêt régional défini dans le plan région « anti-bouchon » pourront être financées.

Enfin, l'aide mise en place par la région est cumulable avec d'autres subventions et notamment la prime ADVENIR. Cumulées, les différentes aides ne pourront couvrir plus de 70 % des coûts engagés.


En route vers l'électromobilité


Pour la région Ile-de-France, ce plan en faveur des infrastructures de recharge n'est qu'une nouvelle brique dans un schéma plus global visant à soutenir le développement de l'électromobilité à tous les niveaux.

En amont du plan adopté le 21 novembre dernier, la région avait réuni le 7 novembre ses principaux partenaires dont l'Avere-France pour évoquer plus largement le développement du véhicule électrique sur le territoire francilien.

Outre le développement et l'amélioration des infrastructures, avaient été notamment évoqués l'autopartage, les bus électriques et la nécessaire coordination des différents acteurs œuvrant pour la filière. Des points que les différents participants ont formalisé dans une charte baptisée « En route pour l'électromobilité en Île-de-France ».

Permalien :