La relance de l’industrie automobile doit passer par un soutien important à la mobilité électrique

L’Avere-France appelle le Gouvernement à faire le choix d’une relance verte résolument tournée vers la transition énergétique et écologique. Celle-ci doit se traduire par un soutien de masse à l’électrification des transports routiers pour relancer le secteur automobile français. Filière d’excellence et axe majeur de la reconquête de la souveraineté technologique industrielle du pays, la mobilité électrique est à même de répondre aux enjeux économiques et écologiques auxquels nous faisons face.
La relance de l’industrie automobile doit passer par un soutien important à la mobilité électrique

L'épidémie de Coronavirus a considérablement et durablement fragilisé le tissu industriel français. L'état d'urgence sanitaire et la mise en place des mesures de confinement ont confronté les entreprises françaises à un double choc d'offre et de demande. Le délitement progressif des chaînes d'approvisionnement, la difficile adaptation des unités de production et les problèmes de livraison ont mis en arrêt une grande partie des industries, en particulier l'automobile.

Selon Bruno Le Maire, l'industrie française tourne aujourd'hui à 25 % avec des filières dont le chiffre d'affaires est en baisse de 80 à 85 %. Bien conscient que la reprise économique ne se fera pas en un jour, le ministre de l'Economie et des Finances a assuré que « les pouvoirs publics utiliseront tous les instruments qui sont à leur disposition pour protéger notre patrimoine industriel ».


Le verdissement du parc automobile : un cap à maintenir pour l'économie et l'environnement


La relance économique doit être faite dans l'optique d'atteindre une économie compétitive bas carbone et servir nos objectifs d'indépendance énergétique.

L'Avere-France insiste sur le fait que les mesures de relance doivent être mises en œuvre dans une perspective à long terme non seulement pour favoriser la reprise économique, mais aussi pour maintenir et assurer une pleine transition vers un secteur des transports zéro émission à l'échappement. Cela est en effet essentiel pour atteindre les objectifs français et européens de neutralité carbone.

La crise actuelle ne doit ni entraver ni retarder la transition vers une mobilité propre, mais plutôt donner la possibilité de créer des incitations pour stimuler l'utilisation de transports zéro émission (demande) et la poursuite des investissements des constructeurs (chaînes de production industrielle, R&D y compris batteries, formation/évolutions des compétences, etc.) visant à transformer l'industrie automobile (offre) pour l'aligner sur ces objectifs ambitieux de décarbonation.

Par ailleurs, la mise en place d'un plan de relance ambitieux sur le véhicule électrique permettra à l'industrie française, qui a procédé à tous les investissements nécessaires au respect du règlement européen CO2, de ne pas être pénalisée pour son exemplarité. Il est ainsi important de ne pas remettre en cause ce règlement pour soutenir la demande pour assurer à ceux qui ont fait de lourds investissements de les voir porter leurs fruits.

Ainsi, l'Avere-France souhaite que la France conserve son leadership européen en faveur de la décarbonation des transports. Elle souhaite que le Gouvernement renouvelle son soutien et sa participation active à l'atteinte des objectifs nationaux de verdissement du parc automobile, tels que fixés dans le Plan Climat, le Contrat stratégique de filière Automobile, la Programmation pluriannuelle de l'énergie ou encore la Loi d'orientation des mobilités.


Permalien :