Une alliance européenne pour décarboner le transport de marchandises

Fondée à l’initiative de 18 entreprises et organisations européennes issus du monde du transport et de la logistique, l’European Clean Truck Alliance souhaite accélérer la décarbonisation du secteur du transport routier de marchandises.
Une alliance européenne pour décarboner le transport de marchandises

Officiellement lancée le 15 juillet dernier, l'European Clean Truck Alliance (ECTA) compte parmi ses membres fondateurs des acteurs majeurs du secteur en Europe dont Deutsche Post, DHL, Geodis, IKEA, Nestlé, Unilever ou encore Michelin. Un groupement qui représente un chiffre d'affaires de 325 milliards d'euros pour 1,6 million de personnes employées.

Derrière cette initiative, l'ambition commune est d'accélérer la baisse des émissions de CO2 du secteur des transports et aussi la volonté de porter des messages auprès des instances européennes. « La Commission européenne devrait proposer une voie et une stratégie politique claires pour permettre le déploiement rapide de véhicules et d'infrastructures zéro émission » souligne la première publication de l'ECTA. « Les investissements nécessaires pour la relance du Covid-19 doivent préserver les emplois et soutenir des solutions durables à long terme qui décarboniseront le secteur du fret routier » avertit-elle.

Alors que l'Europe imposera au secteur du poids-lourd ses premiers quotas de CO2 dès 2025, les membres de l'ECTA appellent l'Europe à présenter une feuille de route claire avec des objectifs intermédiaires et aussi à introduire de nouvelles normes de performance CO2 pour tous types de camions et de remorques d'ici à 2022.

Déjà pointé du doigt par l'ACEA, le manque d'infrastructures de recharge à destination des poids-lourds fait également partie des points sensibles cités par l'ECTA. L'Alliance appelle ainsi l'Europe à mieux chiffrer les besoins et à transformer la directive pour les carburants alternatifs en règlement et ainsi garantir la mise en œuvre des déploiements avec des objectifs contraignants pour les états membres. Une obligation qui devra aller au-delà de l'infrastructure publique et intégrer l'équipement des centres logistiques.

Le volet financement n'est pas oublié et l'Alliance appelle à subventionner l'acquisition de camions et d'infrastructures de recharge dans les dépôts.

« Avec le Green Deal européen comme boussole, l'Alliance peut accélérer le passage à un transport de marchandises sans émissions pour un avenir plus sain et une économie plus forte » a réagi Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne et commissaire à la protection du climat.

Permalien :