Les bus électriques ont représenté 6.1 % du marché européen en 2020

Sur une année 2020 pourtant marquée par la crise sanitaire, les immatriculations de bus électriques ont augmenté de 18.4 % en Europe.

Les bus électriques ont représenté 6.1 % du marché européen en 2020

A l’instar de l’automobile, le marché du bus a été profondément impacté par la crise sanitaire. A l’échelle de l’Union européenne, les ventes du secteur ont reculé de 27.1 % l’an dernier selon les chiffres communiqués par l’ACEA. Une année difficile qui reste toutefois marquée par la montée en puissance des carburants alternatifs.

1 714 bus électriques immatriculés en 2020

Si elles représentent toujours 72.9 % du marché, les immatriculations de bus diesel ont baissé de 10 points par rapport à 2019. Un recul qui a largement profité aux technologies alternatives, de plus en plus favorisées dans les appels d’offres.

S’accaparant 6.1 % du marché, les bus électriques ont bondi de 18.4 %, passant de 1 448 unités immatriculées en 2019 à 1 714 en 2020 au sein de l’Union européenne.

Premier marché européen du bus électrique, les Pays-Bas ont totalisé 446 immatriculations l’an dernier. L’électrique y a représenté près de 70 % des ventes. Arrivent ensuite l’Allemagne (388 – 6 %) et la Pologne (200 – 13.7 %). A eux seuls, ces trois pays ont représenté l’an dernier plus de 60 % des ventes totales de bus électriques réalisées au sein de l’Union Européenne. A la quatrième place du classement de l’UE, la France totalise 179 immatriculations. L’électrique y représente seulement 3 % des ventes.

Désormais classé en dehors du marché européen, le Royaume-Uni réalise également un très bon résultat. L’électrique y enregistre 286 immatriculations et représente 6.2 % de l’ensemble des bus écoulés dans le pays. Même chose en Norvège où l’électrique totalise 250 immatriculations, soit 17.5 % du marché.

Près de 10 % de ventes en hybride

Avec 2 662 unités écoulés, les bus hybrides ont bondi de 36 % l’an dernier. Ils ont représenté 9.5 % du marché européen. Totalisant 1 243 immatriculations, l’Allemagne s’accapare près de la moitié des ventes du segment.

Les autres carburants alternatifs, principalement le gaz naturel, totalisent 3 206 immatriculations l’an dernier, représentant 11.4 % du marché européen.